Coups de feu devant la mosquée de Brest : deux blessés dont l'imam, le tireur présumé retrouvé mort

, modifié à
  • A
  • A
Mosquée de Pontanezen (1280x640) Dominique LEROUX / AFP
Les deux personnes, dont l'imam, ont été blessées devant la mosquée de Pontanezen, à Brest. © Dominique LEROUX / AFP
Partagez sur :
Le tireur présumé qui a blessé deux personnes devant une mosquée de Brest, jeudi, a été retrouvé mort.

L'auteur présumé des coups de feu devant la mosquée de Brest, qui ont fait deux blessés dont l'imam, a été retrouvé mort non loin de sa voiture à Guipavas, près de Brest. Le suspect, âgé de 32 ans, aurait mis fin à ses jours en se tirant une balle dans la tête. Vers 16 heures, plusieurs coups de feu avaient été tirés devant la mosquée, blessant deux personnes dont l'imam Rachid El Jay, selon le Conseil français du culte musulman (CFCM) et des sources proches du dossier. L'auteur ou les auteurs des coups de feu avaient fui à bord d'une Clio grise, retrouvée peu après par les forces de l'ordre mais vide, selon des sources proches de l'enquête.  

Un imam controversé et très suivi sur les réseaux sociaux

"Il (L'imam Rachid El Jay) a reçu quatre balles, deux dans l'abdomen, deux dans les jambes. Le fidèle a reçu deux balles dans les jambes. Ils sont pris en charge et leurs jours ne sont pas en danger", selon le CFCM. Rachid El Jay est un imam très suivi sur les réseaux sociaux, et le magazine Marianne l'a même récemment classé "imam n°1 au hit-parade de l'islam 2.0". Rachid El Jay, connu également sous le nom de Rachid Abou Houdeyfa ou "imam de Brest", avait fait l'objet d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Brest en avril 2016 concernant ses activités financières. Le président de la République de l'époque, François Hollande, avait pointé du doigt les prêches de l'imam, dont l'une des plus controversées citait un hadith du prophète Mahomet sur les amateurs de vin, de musique et de danse ("Allah va les ensevelir dans la terre et va faire d'eux des singes et des porcs").

Les deux blessés ont été conduits aux urgences, leur pronostic vital ne serait pas engagé", selon la préfecture. La police judiciaire a été saisie de l'enquête. Selon une source policière, le second blessé, âgé de 26 ans, est également blessé aux mains. D'après Trabelsi Hosny, adjoint au maire de Brest chargé du quartier de l'Europe qui englobe le quartier de Pontanézen, l'imam sortait de la mosquée avec l'un de ses amis lorsque "une personne s'est présentée voulant faire une photo avec l'imam, ce que l'imam a accepté". Cette personne "lui a tiré dessus" et aussi sur son camarade qui était à coté, deux ou trois balles aussi", a-t-il raconté.

L'auteur présumé n'est pas connu des services de police

Selon une source policière, l'auteur présumé, qui a été identifié, a laissé des documents écrits près du lieu où il a été retrouvé mort. Il a par ailleurs posté une photo de lui sur les réseaux sociaux. "Il est connu des services de police mais n'est pas fiché, et n'est pas connu comme appartenant à un mouvement d'extrême droite", a précisé cette source policière. "Rachid El Jay a déjà été menacé par Daech car il a des discours en phase avec les valeurs de la République. S'il était pour le fondamentalisme, Daech l'aurait félicité", a commenté le délégué général du CFCM.