Côtes-d'Armor : le courant électrique responsable de la mort de centaines de vaches ?

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Un agriculteur a porté plainte contre X et d'autres éleveurs font état de centaines de pertes, alors que des taux trop élevés d'électricité sont relevés dans les pâturages. 
REPORTAGE

Les éoliennes et les panneaux solaires sont-ils responsables de la mort inexpliquée de plusieurs centaines de vaches ces dernières années ? Cette surmortalité pourrait avoir un rapport avec un taux anormalement élevé d'électricité circulant dans les pâturage. En Bretagne, notamment dans les Côtes-d'Armor, ce phénomène a fait des centaines de victimes dans les élevages, et inquiète les professionnels. 

"Même les vétérinaires ne savent pas quoi faire". Chez Patrick Le Nechet, l'hécatombe a débuté au moment précis où une installation photovoltaïque a vu le jour à proximité de son exploitation. "Elles ont maigri. On en perdu 120 en cinq ans", décrit l'agriculteur. "Ça ne s'explique pas. Même les vétérinaires ne savent pas quoi faire".

Alors que les éoliennes et les panneaux solaires sont suspectés, Patrick Le Nechet explique que des tests ont été fait sur son terrain. "On trouve bien du courant continu qui arrive dans la terre", affirme-t-il. Des taux d’électricité de l'ordre de un volt ont en effet été relevés dans le sol et dans l'eau de la ferme, soit trois fois le seuil acceptable pour les bêtes. Face à cette situation, l'agriculteur confie son "désespoir continu". "Quand on voit toutes les bêtes mourir, c'est intenable".

La mortalité est encore plus massive à 30 kilomètres de là, à Allineuc, chez Stéphane Le Brechec. "Au bout de six mois, j'avais 37 mortes. Aujourd'hui je suis à 200. Crise cardiaque ou AVC", décrit-il, expliquant avoir trouvé "à peu près 17 sources de nuisance entre éoliennes, antennes, transformateurs". 

"Des gens se sont foutus en l'air". "Je panique, avoue-t-il. Aujourd'hui, j'ai investi 500.000 euros, je ne peux pas payer mes factures. La situation est dramatique". Et de poursuivre : "Je m'étais dit que cette semaine c'était la dernière semaine que je vivais. Il y a des gens qui se sont foutus en l'air, ils n'ont pas su pourquoi leur exploitation ne marchait pas".

Stéphane Le Brechec a porté plainte contre X. D'autres éleveurs de Bretagne et des Pays de la Loire font état de pertes conséquentes notamment près d'éoliennes. 

 

 

 

 

Europe 1
Par François Coulon, édité par Antoine Terrel