Contre les passoires thermiques, le gouvernement va mettre en place un nouveau DPE

  • A
  • A
passoires thermiques 1:36
Un nouveau diagnostic de performance énergétique sera mis en place dès le 1er juillet. Photo d'illustration. © FREDERICK FLORIN / AFP
Partagez sur :
À compter du 1er juillet, un nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE) plus simple et plus efficace sera obligatoire pour tous les logements. Il a été acté par l'exécutif avec pour objectif de lutter contre les passoires thermiques, ces logements avec une forte consommation d'énergie.

Alors qu'un Français sur six vit dans un logement mal isolé, le gouvernement a décidé de passer à la vitesse supérieure. En effet, l'exécutif a décidé de déclarer la guerre aux passoires thermiques en mettant en place le 1er juillet prochain un nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE) obligatoire pour tous les logements. Il a été présenté ce lundi et promet déjà d'être plus simple et plus efficace que la dispositif actuel.

Ce diagnostic sera composé de deux nouvelles rubriques. D'abord, il sera possible de voir noir sur blanc combien de kilos de CO2 émet votre logement par mètre carré et par an, avec une classification de A à G. Quant à la deuxième rubrique, elle consistera en une fourchette de prix de votre future facture d'énergie, plus fiable puisque les factures de l'ancien occupant ne seront plus prises en compte.

UN DPE opposable 

Le professionnel réalisera donc un vrai diagnostic en tenant compte des matériaux. Et la grande nouveauté, c'est que ce DPE sera opposable : si vous avez des factures plus lourdes que prévu, vous pourrez demander un nouveau diagnostic et vous retourner contre le propriétaire.

Stéphane Prouzeau, vice président de la Fidi, la Fédération du diagnostic immobilier, par l'exemple d'une maison où toutes les pièces ne sont pas isolées : "Admettons que l'isolation ait été réalisée sur une partie des murs, mais pas sur l'ensemble de la pièce, soit du bien immobilier. Dans ce cas, vous pouvez avoir une isolation dans la chambre, mais pas dans la pièce principale. On rencontre ce cas de figure régulièrement, et lorsque ça arrive, le tribunal dédommage le propriétaire par une indemnité égale à l'isolation par l'intérieur de la pièce principale."

Autrement dit, le tribunal rembourse la somme exacte qui vous permettra de faire les travaux d'isolation manquants. Un montant qui peut aller jusqu'à plusieurs dizaines de milliers d'euros. 

Europe 1
Par Virginie Salmen, édité par Manon Fossat