Comment le code-barres s'est imposé sur tous les produits vendus en magasin

  • A
  • A
Le premier code-barres a été scanné le 26 juin 1974.
Le premier code-barres a été scanné le 26 juin 1974. © Pixabay
Partagez sur :
Le code-barres s'est tellement répandu que l'on n'y fait même plus attention quand on fait ses courses. Pourtant, cette étiquette de barres noires et blanches a été une véritable révolution dans les années 1970, date à laquelle un premier produit a été scanné grâce à lui, comme le raconte David Castello-Lopes, jeudi au micro d'Europe 1.

Le code-barres est devenu indissociable des produits vendus dans les magasins du monde entier, au point où les consommateurs ne font plus du tout attention à lui. Mais d’où vient-il ? David Castello-Lopes remonte, dans l’émission Historiquement Vôtre, aux origines de cette étiquette très utile pour le secteur de la distribution. Il lui rend aussi hommage.

"Un code-barres fonctionne grâce à deux choses. D’un côté, il y a des combinaisons de barres blanches et noires : certaines sont fines, d’autres épaisses. De l’autre, il y a un laser qui est capable de regarder ces barres et de dire immédiatement à quels chiffres elles correspondent. Quand le lecteur de codes-barres a fini de faire cette opération, il émet un son assez caractéristique. Et il crache immédiatement un nombre à douze chiffres qui correspond à une seule chose sur la Terre ; un stylo, du pain, un débardeur en strass…

Qui a inventé le code-barres ?

Les codes-barres ont fait gagner à l’humanité un temps précieux lors des courses. Mais qui l'a inventé ? Pour le savoir, il faut se rendre à New York, aux Etats-Unis. Et aller voir une femme qui s’appelle Susan Woodland. Elle est la fille de l’inventeur du code-barres. Le père de Susan Woodland s’appelait Joseph Woodland. Il a fait des études d’ingénieur, puis il a entendu dire qu’un propriétaire de supermarchés de sa région cherchait à gagner du temps pour classer ses produits.

Joseph Woodland s’est donc mis au travail pour trouver une idée. Sa fille raconte qu'il s’est ensuite dit : 'Il faut que j’arrive à inventer un code ou quelque chose qui puisse fonctionner comme un code pour les produits'. Et le seul code qu’il connaissait, c’était le code Morse. Un jour, à la plage, Joseph Woodland réfléchissait à son problème. Il s’est assis et, un peu mécaniquement, a planté ses doigts dans le sable. Puis il s'est dit : 'C’est fou, ça ressemble vraiment à du Morse quand même, il y a des points et des espaces entre les points.'

Le paquet de chewing-gums, premier produit scanné grâce au code-barres

Joseph Woodland a alors replanté ses doigts dans le sable et a tiré ses doigts vers lui… Les points sont ainsi devenus des barres verticales. Eurêka ! Il avait son idée. Celle-ci a tout de même pris 25 ans pour mûrir. Et ce n’est que le 26 juin 1974, à 8 heures du matin, que le premier code barre du monde tel qu’on le connaît a été scanné.

Cette étape historique s’est passée dans une petite ville de l’Etat américain de l'Ohio, qui s’appelle Troy. Le supermarché où s'est passée cette étape existe toujours. Il y a même une petite plaque à l’intérieur qui rappelle le moment historique. Là-bas, l'hôte de caisse accepte de rejouer la scène. Pour cela, il faut acheté un paquet de chewing-gums Wrigley, car c'est le premier objet qui a été scanné en 1974.

Joseph Woodland est mort à 91 ans, en 2012. Mais son invention, elle, continue de cartonner. Chaque jour dans le monde, environ 10 milliards de codes-barres seraient scannés. Mais il se pourrait que leurs jours soient comptés. Moqué pendant longtemps mais rendu 'cool' par le Covid-19, le QR code pourrait voler la vedette au code-barres."

Europe 1
Par David Castello-Lopes, édité par Jonathan Grelier