Christophe Thoreau, victime d'une forme radicale de migraine : "Vous vivez l’enfer sur Terre"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Chez Christophe Hondelatte, Christophe Thoreau raconte vingt ans de sa vie, pendant lesquels il a souffert chaque jour de crises d'algies vasculaires de la face.
HONDELATTE RACONTE

Pendant 30 ans, Christophe Thoreau a souffert d'algies vasculaires de la face, une forme radicale de migraine, considérée comme la douleur la plus violente chez l'Homme. Il raconte son histoire dans un livre - La vie est un sport individuel - et chez Christophe Hondelatte jeudi.

>> De 14h à 15h, c’est Hondelatte raconte sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission de Christophe Hondelatte ici

Les premières fois

La toute première crise de Christophe Thoreau a lieu en 1985. Il a 18 ans, en vacances, à profiter des joies de la plage quand une gêne le prend. D'abord sur le côté droit du crane, puis une vive douleur gagne du terrain, jusque derrière son œil, puis dans la narine droite. Une douleur tellement insupportable que Christophe Thoreau ne peut retenir ses larmes. C'est comme si un tournevis lui rentrait dans l’œil. Il ne le sait pas encore, mais cette première crise en appellera des centaines d'autres.

Christophe Thoreau part ensuite étudier aux États-Unis, où les douleurs refont surface. Elles sont tellement insupportables que, parfois, l'étudiant se frappe la tête contre les murs. Christophe Thoreau fait aussi le poirier, une manière de faire affluer le maximum de sang dans son crâne pour diminuer la douleur. Le sport, également, permet de provoquer une accélération cardiaque qui calme un peu Christophe. Mais le meilleur remède reste une douche glacée, pendant de longues minutes. Sous l'eau, Christophe Thoreau tremble, il a froid, mais au moins, il trouve un peu d'apaisement.

Aux États-Unis, Christophe Thoreau va rencontrer un ponte de la migraine, un spécialiste recommandé par des gens sur place. "Un escroc", lâche le malade dans son livre. Après une consultation de 5 minutes pour 100 dollars, Christophe repart avec des mini-cachets qui ne lui feront aucun effet.

Le diagnostic

À son retour en France, Christophe Thoreau va enchaîner les rendez-vous avec les spécialistes. Il va essayer l’acupuncture, la psychologie, des médecins généralistes. Rien ne marche. Un seul médecin, totalement dénué d'empathie mais professionnel, va au moins mettre un mot sur son mal, à défaut de trouver un remède. Il explique à Christophe qu'il souffre d’algies vasculaires de la face. Une artère vient comprimer un nerf situé entre l’œil et les oreilles. "Il y a un consensus sur le diagnostic et sur le fait que c'est la maladie la plus violente pour l’Homme. Vous vivez l’enfer sur Terre", indique Christophe Thoreau au micro d'Europe 1.

20 ans d'errances

Pendant 20 ans, Christophe Thoreau va devoir composer avec cette vie, où une épée de Damoclès plane au-dessus de sa tête en permanence. Vingt ans avant de rencontrer le médecin qui va changer sa vie. Le docteur Deschiens, une neurologue, va trouver une solution : des injection de Sumatriptan. Pas n'importe quel type de médicament, très spécial, à 45 euros l'injection. Mais dès la première prise, Christophe voit les douleurs disparaître quinze minutes plus tard, sans effets secondaires. Enfin la solution à ses problèmes ! Un choc presque aussi grand que sa première crise. "C’était complètement fou de savoir que je pouvais arrêter les crises quand je le voulais", souligne-t-il.

Finalement, ces crises partiront toutes seules, sans explication. "Je ne sais pas pourquoi elles sont arrivées, je ne sais pas pourquoi elles sont parties", confie Christophe Thoreau. "Cela va paraître bizarre, mais depuis que je n’ai plus mal, j’ai le sentiment d’avoir été dépossédé de quelque chose. La douleur faisait partie de moi, même si c’était un enfer."

Europe 1
Par Guillaume Perrodeau