Christian Page, SDF, raconte la dureté de la rue : "Au bout d'un moment, les mecs lâchent"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Christian Page a retrouvé un logement après avoir vécu dans la rue pendant trois ans. Il raconte son quotidien de SDF dans un livre intitulé "Belleville au cœur", qui paraît mercredi.

Jeudi, c'est le début de la trêve hivernale. Jusqu'au 31 mars les locataires ne pourront pas être expulsés de leur logement pour impayé. Mais ils sont nombreux à être déjà à la rue, alors que l'hiver arrive et s'annonce plus rude que la moyenne. C'était le cas de Christian Page, qui a été SDF pendant trois ans dans le quartier de Belleville, à Paris. Dans un livre, Belleville au cœur (Slatkine), à paraître mercredi, il raconte son quotidien pendant ces trois années. Un récit poignant qui appelle à la solidarité.

La solidarité, "à la rue, c'est inestimable". L'ouvrage raconte la rue, sans fard, sa dureté, été comme hiver, et le fait d'y tomber aussi. Pour Christian Page, c'est une rupture, une dépression qui l'ont contraint à se retrouver SDF. Il raconte comment l'alcool l'a fait tenir et surtout l'entraide, qui l'a sauvé.

"Pour survivre à la rue, le problème est souvent psychologique. Au bout d'un moment, les mecs lâchent. La solidarité, c'est une valeur. Si à un moment on se referme sur soi-même, un ami va arriver et dire : 'Oh, réagis mec ! Tu n'a pas pris de douche depuis une semaine.' A la rue, c'est inestimable", raconte-t-il au micro d'Europe 1.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Le méprisant, le timide et le Samaritain. Et ce, même si le soir, c'est chacun pour soi pour trouver un abri. Christian Page dresse aussi une sociologie des passants observés pendant trois ans. Il y a le méprisant, le timide, "qui donne une pièce sans dire un mot", le Samaritain, "celui qui aide" et que l'on peut tous devenir.

C'est l'objet de son appel : "Vous habitez dans un immeuble et vous voyez un mec en bas, il fait froid. Ne vous prenez pas la tête, vous partez au boulot, vous avez 30 paires de chaussettes dans votre armoire, vous en prenez une. Vous ramenez du café chaud. Ce n'est peut-être rien mais si tous ceux qui habitent dans votre immeuble le font, le gars est habillé en costard et il a du boulot avant la fin de la journée." Christian, lui, a retrouvé un logement au mois d'août grâce à Emmaüs.

Europe 1
Par Théo Maneval, édité par Grégoire Duhourcau