Cécile raconte pourquoi elle vient seulement d'apprendre la mort de son frère décédé 9 mois auparavant

  • A
  • A
© Europe1
Partagez sur :
Cécile, 88 ans, vient tout juste d'apprendre la mort de son frère alors qu'il est décédé il y a neuf mois. Sa nièce lui a appris récemment la nouvelle car elle a reçu un courrier de la caisse de retraite de son père lui demandant de rembourser 6.500 euros de trop perçus. Cécile témoigne au micro d'Europe 1.
TÉMOIGNAGE

Dans la Libre antenne, au micro d'Olivier Delacroix sur Europe 1, Cécile, 88 ans, raconte comment et pourquoi elle vient seulement d'apprendre la mort de son frère, décédé neuf mois auparavant. Un jour, sa nièce a reçu un courrier de la caisse de retraite de son père lui demandant de rembourser pour plus de 6.500 euros de trop payés. Le frère de Cécile et sa femme ne parlaient plus à leurs enfants depuis des années et avaient déménagé en Croatie en 2017 sans leur laisser aucun moyen de les contacter. Voici le témoignage de Cécile : 

"Il y a une dizaine de jours, ma nièce qui me téléphone surtout vers Noël, m'appelle en m'annonçant la mort de mon frère, donc son père. Elle me dit qu'il est mort au mois de mars, il y a neuf mois. En fait, il y a une dizaine de jours, elle a reçu un courrier de la caisse de retraite de mon frère lui demandant 6.500 euros de retraite qui avaient été payés jusqu'à maintenant parce que ma belle-soeur n'a rien pas déclaré le décès de son mari. 

Cela faisait 20 ans que mon frère et ma belle-soeur n'avaient pas vu leurs enfants car ils n'aimaient pas leurs enfants. Ils ont huit petits-enfants et des arrières petits enfants qu'ils ne connaissent pas. Moi, je n'ai jamais rien eu contre mon frère. Je l'adorais. J'avais onze ans quand il est né et, pour moi, c'était un vrai bonheur. On était trois filles et c'était le seul garçon. 

Entendu sur europe1 :
"Je ne savais pas où ils se trouvaient en Croatie. Ils n'ont pas voulu me donner de renseignements"

En 2017, j'étais à l'hôpital à Deauville après un accident et ma belle-soeur m'a annoncé qu'ils avaient vendu leur maison en Isère. Ils l'avaient vidée et vendue parce qu'ils refusaient que leurs enfants aient quoi que ce soit. Ma belle-soeur m'a dit : 'la voiture est chargée. On s'en va en Croatie en retraite'. Un jour, j'ai reçu une carte pour mon anniversaire où ils avaient simplement écrit 'bon anniversaire', rien de plus. Ni adresse, ni numéro de téléphone. Donc pour son anniversaire, j'ai envoyé une carte là où ils habitaient avant. Mais je n'ai jamais reçu de réponse. Et depuis, plus de nouvelles. Je ne savais pas où ils se trouvaient en Croatie. Ils n'ont pas voulu me donner de renseignements car ils savaient que je voyais leurs enfants. 

Mon frère a toujours été très distant. On l'a gâté outrageusement. Mais il était quand même particulier. Il y a quelques années, on lui a diagnostiqué un cancer du rein car il a été plusieurs années à Mururoa. Je crois même que quand il est parti en Croatie, il était handicapé. Quand il est rentré en France, il habitait à la campagne, près de ma mère, avec qui il a eu beaucoup de problèmes. Je les ai rapprochés. 

Entendu sur europe1 :
"C'est une arnaque ! Quelle famille !"

Ma belle-soeur dépensait énormément d'argent. Je me disais 'elle aime beaucoup l'argent' et peut-être qu'elle avait des dettes. Est-ce que ce ne serait pas les enfants qui recevraient les pots cassés ? Ma nièce était très embêtée au départ. Elle a cinq enfants, elle travaille, elle a des grands enfants qui ont de très bonnes situations mais les trois autres sont en étude. Donc elle a trois loyers à payer. Elle n'est pas prête à donner des sommes comme ça. Mais elle s'attendait à tout avec cette mère ! Elle a fait le nécessaire auprès de la caisse de retraite. Mais c'est de la malhonnêteté de la part de ma belle-soeur. C'est une arnaque ! Quelle famille ! 

Il y a 20 ans, quand ma maman est morte, j'ai demandé à ma belle-sœur d'avertir sa fille car ma maman adorait sa petite fille mais elle a refusé en me disant que mon frère ne serait pas content. Mais mon rôle était de prévenir les petits-enfants. Il se sont finalement déplacés mais ils ne se sont pas parlés avec leurs parents et les jeunes sont repartis après l'enterrement. Mon frère m'a dit : 'ils sont repartis ?' donc finalement il avait certainement un meilleur sentiment mais elle, c'était la vraie garce qui ne s'intéressait qu'à l'argent. L'argent lui brûlait les doigts. 

Entendu sur europe1 :
"Je me suis même demandé si ma belle-sœur était toujours vivante"

Les derniers temps de leur mariage, elle dirigeait tout. S'ils sont partis en Croatie, c'est parce qu'elle dirigeait un groupe de chant avec lequel elle devait chanter là-bas. Comme mon frère était très diminué par sa maladie, c'est elle qui a tout organisé afin de s'éloigner le plus possible de la famille. C'est triste ! Il avait deux enfants, une fille et un garçon. Ma nièce a eu des problèmes avec son père et sa mère pendant longtemps. Mon neveu avait une caravane mais il n'a jamais été invité dans la maison de l'Isère, il était obligé d'aller dans un camping.   

Il suffirait qu'elle refasse des dettes et qu'on recherche les héritiers. Elle aura le droit à la réversion. Mon frère, qui était dans la marine et qui a ensuite travaillé dans une cidrerie, était déclaré donc il doit avoir plusieurs caisses. Donc, logiquement, elle aurait dû déclarer son décès et faire les papiers pour la réversion. Je me suis même demandé si ma belle-sœur était toujours vivante... car on ne le sait pas non plus." 

Europe 1
Par Céline Brégand