Cathédrale, musée de grand peintre et villages reculés : que voir dans le Tarn ?

, modifié à
  • A
  • A
cathédrale, Saint-Cécile, Tarn, tourisme
La cathédrale Sainte-Cécile d'Albi est l'une des attractions du Tarn. © REMY GABALDA / AFP
Partagez sur :
Chaque jour de l’été, Europe 1 vous fait découvrir une nouvelle destination : ce vendredi, le chroniqueur de l’émission "Et si on partait ?", Jean-Bernard Carillet, vous propose de visiter Le Tarn. L'auteur pour le "Lonely planet" vous emmène à l’intérieur d’une cathédrale en briques ou dans des villages au milieu des collines.

Albi "la fascinante", "la majestueuse", "la séductrice", "l'envoûtante". Restée dans l’ombre de Toulouse, Albi, plus intimiste que sa voisine de Haute-Garonne, gagne pourtant a être connue. La cité n'est pas la seule attraction du Tarn. Au milieu des collines et des rondeurs de ce paysage bucolique se nichent des villages de caractère, que notre chroniqueur Jean-Bernard Carillet vous propose de découvrir dans l'émission "Et si on partait ?".

La cathédrale Sainte-Cécile à Albi

Sainte-Cécile est la plus grande cathédrale de brique du monde : 113 mètres de long, en surplomb du Tarn. De l’extérieur, elle a l’allure d’un château fort, un aspect militaire et un brin austère, bien loin du style des cathédrales au nord de la Loire. A l’intérieur, en revanche, l’atmosphère change complètement. Les splendides peintures de la voûte, colorées dans les tons bleus et dorés, et les fresques immenses donnent l’impression de se trouver face à une fabuleuse bande-dessinée ou une œuvre de science-fiction. Les visiteurs remarqueront la représentation du Jugement Dernier et des sept péchés capitaux.

L’intérieur se compose de deux parties, la nef et le chœur. Dans ce dernier se réunissaient les chanoines, les prêtres ou les moines rattachés à cette cathédrale. L’aspect général rappelle le film d’Umberto Eco, Le Nom de la Rose. Quelque 200 statues trônent tout autour du chœur. Le détail des vêtements, des traits des visages et des plis de la peau est tellement précis que l’on croirait qu’elles vont s’animer.

Une collection d’œuvres de Toulouse-Lautrec

Juste à côté de la cathédrale se trouve le magnifique musée Toulouse-Lautrec. Il possède la plus importante collection au monde d’œuvres du peintre natif d’Albi, mort en 1901. Affiches, portraits et dessins se succèdent. Les visiteurs seront sans doute étonnés à la vue de certaines affiches représentant des scènes assez osées avec des prostituées dans des fêtes parisiennes. Henri de Toulouse-Lautrec fréquentait assidûment le monde de la nuit.

Le Ségala, ancien site minier

Dans le nord du Tarn, la région du Ségala se distingue par ses collines. Au milieu de ce paysage rural émerge la ville de Carmaux. C’est un petit voyage dans le temps qui vous transporte au siècle dernier, au temps des mines de charbon, avec Jaurès haranguant les foules. L’extraction charbonnière s’est achevée en 1997 mais la ville cherche à garder une trace de son passé. La nostalgie d’un univers désormais disparu y est toujours vivace. A la sortie de Carmaux se trouve la plus grande mine de charbon à ciel ouvert d’Europe : le cratère d’un kilomètre semble avoir été creusé par une météorite. Le site comprend également un espace de jeux, avec des tyroliennes, des plages, et la possibilité de faire du VTT, du ski ou encore des jeux aquatiques.

Des villages à l'abri des remparts

Le Tarn regorge de villages de caractère, parmi lesquels celui de Cordes-sur-Ciel, sorte de "poupée Barbie" du tourisme dans le Tarn. A l’abri des remparts, sur un piton rocheux, cette cité médiévale semble tout droit sortie d’un conte de fées : elle comprend des ruelles pavées, des hôtels particuliers, des galeries d’art et des ateliers d’artisans. Les touristes pourront également apprécier le village de Puycelsi et ses maisons à pans de bois. Il est lui-aussi situé sur un éperon rocheux, faisant face à la forêt de Grésigne.

Europe 1
Par Jean-Bernard Carillet, édité par Antoine Cuny-Le Callet