Le Choco BN menacé de disparition : "Il s'agit d'un bon produit français, pourquoi l’arrêter ?"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Carrefour a annoncé arrêter la vente des Choco BN, dont les ventes sont en baisse. Les salariés, inquiets, demandent à leur maison-mère d'investir pour inventer le biscuit fourré au chocolat de demain. 
REPORTAGE

C'est un pan entier de l'enfance de plusieurs générations de Français qui est menacé. Carrefour a décidé de retirer de ses rayons le "Choco BN", plus connu sous le nom "BN". La raison est simple : il ne se vend plus aussi bien qu'avant. A Vertou, dans l'usine où sont produits les fameux goûters, le sourire emblématique des biscuits ne s'affiche pas sur les visages des employés. Europe 1 est allé les rencontrer.

"Clairement, on se demande quel est l'avenir", indique Michaël Villeneuve, qui travaille sur une des chaînes de production. "Aujourd'hui, c'est Carrefour, demain ce sera peut-être Leclerc ou Auchan, tout est possible", s'inquiète-t-il au micro d'Europe 1. La décision de Carrefour, principal client, oblige la Biscuiterie nantaise à revoir sa production à la baisse de 4.000 tonnes. Concrètement, les chaînes de production vont devoir s'arrêter pendant neuf semaines par an, au lieu de tourner en continu. 

"On lui a déjà refait un petit sourire il y a 10 ans, maintenant il faut lui faire un grand sourire"

"Le Choco BN, il faut le rénover, c'est sûr", soupire Jérémy Germain, délégué CGT de la biscuiterie. "C'est un produit vieillissant. On lui a déjà refait un petit sourire il y a 10 ans, maintenant il faut lui faire un grand sourire", plaide-t-il. "Des générations entières ont été élevées avec le Choco BN, je ne sais pas si les futures générations auront cette chance". Pourtant, "le goûter préféré des enfants", comme le vantait la publicité, a toujours ses adeptes, même adultes. "Il s'agit d'un bon produit français, pourquoi l’arrêter ?", se demande Marie, 30 ans, qui dévore des BN tous les matins. 

>> De 5h à 7h, c’est "Debout les copains" avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

"C'est dommage", déplore-t-elle. "Là, au moins, c'est rapide : on sort le paquet et 'hop', on mange un petit BN ! Et je compte bien continuer toute ma vie". 

Mais il semble que les inconditionnels du Choco BN comme Marie se font de plus en plus rares. Déjà, en 2018, l'usine de Vertou avait réduit la voilure en produisant 18.700 tonnes de Choco BN, contre 20.000 deux ans auparavant. Face à cette annonce, les syndicats vont exercer leur droit d'alerte et demandent au Turc Yildiz Holding, leur maison-mère, de réagir pour investir et inventer le Choco BN de demain.