Bordeaux : un passage piéton dédié aux LGBT dégradé par une association LGBT radicale

, modifié à
  • A
  • A
Un passage piéton arc-en-ciel aux couleurs LGBT avait été inauguré jeudi dernier à l'initiative de la ville de Bordeaux.
Un passage piéton arc-en-ciel aux couleurs LGBT avait été inauguré jeudi dernier à l'initiative de la ville de Bordeaux. © AFP
Partagez sur :
Un groupe LGBT "radical" a dégradé un passage piéton arc-en-ciel aux couleurs LGBT inauguré jeudi à l'initiative de la ville de Bordeaux pour dénoncer "l'hypocrisie" de la mairie.

Un passage piéton arc-en-ciel aux couleurs LGBT inauguré jeudi à l'initiative de la ville de Bordeaux dans le centre a été recouvert d'un liquide rouge sang par Riposte Trans, un groupe LGBT "radical" qui revendique cet acte sur Facebook pour dénoncer "l'hypocrisie" de la mairie. Ce week-end, les services de la ville ont nettoyé les taches, et l'adjoint au maire en charge de l'égalité, Marik Fetouh, a porté plainte au nom de la Ville.

"La mairie de Bordeaux a prouvé son hypocrisie en dénonçant la dégradation du passage piéton arc-en-ciel. Les médias et les institutionnels parlent de 'vandalisme homophobe' tout en connaissant la réalité des faits : il s'agissait d'une action queer radicale", assure le groupe LGBT sur sa page Facebook en postant des photos de leur action. Pour Riposte Trans, "l'inauguration (le jeudi 15 mai) de ce passage piéton représente un affront direct : la seule action soutenant les LGBT à Bordeaux c'est... trois coups de pinceaux. Le tout au cœur des quartiers huppés et du triangle d'or, en présence d'organisations que nous méprisons."

Vendredi, à l'occasion de la journée internationale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, Riposte Trans avait présenté une "performance artistique" et "symbolique" dénonçant le "pinkwashing de la mairie". Deux personnes queer feignaient de mourir sous des jets de faux sang puis s'embrassaient.

"Chaque jour, nos identités sont tues, invisibilisées, agressées, déportées, assassinées. Face à ça, la ville ne trouve rien de mieux à faire qu'un passage piéton dont les couleurs ne représentent même pas correctement le drapeau gay", s'indigne un militant sur le réseau social. "Bordeaux s'enfonce dans le pinkwashing le plus exemplaire (et le plus crasse) : afficher en surface un soutien à nos luttes pour redorer son image et paraître progressiste mais ne jamais réellement agir", selon Riposte Trans.