Criminalité financière et fraude fiscale : Bercy et Beauvau passent à la vitesse supérieure

, modifié à
  • A
  • A
1:06
© LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :
Il n'y a jamais eu autant d'infractions financières commises en France : +20% depuis cinq ans. Les autorités ont décidé de s’organiser.

En ce 1er juillet, d'un côté, le ministre des Finances met en place une nouvelle "police fiscale" (composée de 250 douaniers et agents du fisc) et de l'autre, le ministère de l’Intérieur crée, à Nanterre, au sein de la police judiciaire une sous-direction uniquement dédiée à la criminalité financière qui est en pleine explosion

Corruption, fraude fiscale, blanchiment... il n'y a jamais eu autant d'infractions financières commises en France : + 20% depuis 5 ans, soit plus de 400.000 faits rien que l'an dernier. Alors, pour faire face à cette masse considérable de dossiers, enquêter plus vite et plus efficacement, la police judiciaire crée une sous-direction de la lutte contre la criminalité financière.

"Accentuer la répression contre cette forme de criminalité"

Plus de 200 enquêteurs spécialisés avec, à leur tête, un homme dont la parole est rare et les dossiers ultra-sensibles. Thomas de Ricolfis, jusqu'ici patron de l'office anti-corruption : "C’est une priorité de lutter contre cette forme de criminalité parce qu’on ne la voit pas, elle est silencieuse mais les préjudices sont très importants. Quand un chef d’entreprise rachète une entreprise en difficulté puis qui revend tous ses actifs, ça peut se terminer par des gens au chômage… Notre objectif est donc d’accentuer la répression contre cette forme de criminalité". 

Agir plus vite, plus fort, et devenir LA référence dans la lutte contre la criminalité financière, voilà l'ambition de cette nouvelle sous-direction de la PJ, qui va aussi s'appuyer sur des analystes, des experts en informatique et sur la plateforme d'identification des avoirs criminels, pour mieux débusquer l'argent caché, issu de la fraude ou du blanchiment.

Europe 1
Par Guillaume Biet, édité par B.B