Bébés avec un bras malformé dans l'Ain : la famille qui porte plainte "ne veut pas rester passive"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Au micro d'Europe 1, Me Fabien Rajon, l'avocat de la famille d'un bébé né avec une malformation du bras, explique la décision de ses clients de porter plainte contre X. 
RÉACTION

"Dans un dossier aussi complexe et aussi sensible, nous considérons qu'un juge d'instruction indépendant et impartial doit être saisi", estime Me Fabien Rajon. Interrogé par Europe 1 lundi, l'avocat d'une famille de l'Ain justifie la décision de ses clients de porter plainte contre X pour "mise en danger de la vie d'autrui", dans le cadre de l'affaire des enfants nés avec un bras malformé. "Les investigations qui sont conduites à ce jour par les autorités de santé" n'offrent selon lui pas les "garanties" suffisantes. 

"On s'en tiendra aux résultats"

"C'est le sentiment de mes clients", appuie le conseil. "Ils sont dans une logique de se donner tous les moyens pour tendre vers la manifestation de la vérité, quelle qu'elle soit. Si cette vérité, c'est que [la malformation est] le fruit du hasard, ou qu'il s'agit d'une intoxication de la mère, ou d'une autre circonstance, on s'en tiendra aux résultats", assure-t-il.

"Mais encore faut-il nous donner les moyens d'y parvenir", poursuit Me Fabien Rajon, listant "une enquête de terrain, des expertises, des commissions rogatoires". "Si une information judiciaire est ouverte, nous pourrons demander au juge d'instruction des analyses sur tel ou tel site, ou des expertises auprès de tel ou tel interlocuteur", explique-t-il. "Voilà notre souhait : ne pas rester passif, être actif dans le cadre de ce dossier et confier ce dossier aux bons interlocuteurs." 

Pas "d'excès de cas" selon les expertises

Dans l'Ain, l'organisme Santé publique France avait indiqué n'avoir identifié aucune cause pour les cas groupés suspects de malformation en octobre dernier. De nouvelles expertises demandées par le gouvernement ont depuis, à nouveau, conclu à "l'absence d'excès de cas" dans le département. 

Europe 1
Par Salomé Legrand, édité par Margaux Lannuzel