Bayonne, la ville qui résiste encore et toujours au compteur Linky

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Dans la ville du Pays basque, la résistance s'organise face au "compteur intelligent", contraignant Enedis à reculer. Un blocage qui pourrait créer un précédent.

Sus aux compteurs "intelligents" ! Déployés dans tout le pays pour remplacer les compteurs traditionnels, les compteurs Linky suscitent toujours autant de craintes et de tensions chez les consommateurs. Au point que certains abonnés sont en train de trouver les moyens de contrer Enedis, la filiale d'EDF à l'origine de ses compteurs polémiques. C'est le cas à Bayonne, où toute la ville est vent debout contre Linky. Le caractère obligatoire de cette installation passe mal, entraînant plusieurs fois des agressions verbales, voire physiques au moment de leur mise en place à l'endroit des techniciens d'Enedis, contraignant le fournisseur d'électricité à négocier directement avec les particuliers. Reportage à Bayonne, au coeur d'un "village" d'irréductibles. 

Tout est parti de la boîte aux lettres de la mairie, inondée de courriers d'administrés qui se plaignent de l’insistance de l'opérateur et de la pression qu’ils estiment subir, alors qu’ils refusent l’installation d’un compteur Linky. Devant cette accumulation de messages vindicatifs, le conseil municipal a décidé d'adopter une position de principe sur le compteur intelligent, à défaut de prendre un arrêté ou voter une délibération. 

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"À Bayonne, Enedis n'impose plus le compteur aux personnes qui ne souhaitent pas l'avoir". Charge ensuite au mairie, Jean-René Etchegarray, avocat de métier, de défendre la parole de ses concitoyens devant Enedis. "On a vu des subterfuges de la part d'un certain nombre de sous-traitants d'Enedis qui sont venus expliquer que c'était obligatoire, que c'était une directive européenne, que le droit de propriété avait des limites, etc.", rapporte-t-il au micro d'Europe 1. "On a raconté des histoires ! C'est la raison pour laquelle la ville de Bayonne a dit à ses concitoyens qu'ils avaient la possibilité de s'opposer à l'installation de ces compteurs. On leur a donné le modus operandi, des documents, des lettres modèles", se félicite encore l'édile.

"Désormais, Enedis écrit un courrier – ça n'a pas été facile à obtenir de leur part – pour dire [aux consommateurs, ndlr] qu'ils peuvent s'opposer à l'installation des compteurs Linky. À Bayonne, Enedis n'impose plus le compteur aux personnes qui ne souhaitent pas l'avoir", savoure encore Jean-René Etchegarray.

Entendu sur europe1 :
Nos compteurs marchent, je ne vois pas pourquoi on les changerait

Sur le terrain, le résultat est rapidement visible. Jean, Bayonnais depuis plus de cinquante ans, raconte sa victoire face au géant de l'électricité depuis qu'il a pris la plume pour faire savoir qu'il ne voulait pas du compteur Linky. "Nous sommes trois ou quatre dans le coin à avoir écrit […] Personnellement, j'avais une petite étiquette collée à la vitre d'entrée : 'stop à Linky'. Je l'ai gardée à peu près un mois et personne n'est venu me demander quoi que ce soit", témoigne-t-il. "Nos compteurs marchent, je ne vois pas pourquoi on les changerait", s'agace encore ce retraité.

Comme lui, nombre d'habitants de la ville basque assurent que c'est d'abord l’absence de dialogue, la méthode utilisée et le sentiment qu’on voulait leur forcer la main qui a nourri ce blocage.

"Le cas de Bayonne est un cas tout à fait exceptionnel". Et ce tollé a poussé Enedis à reculer, ou plus précisément à "s'adapter au contexte local", en demandant aux entreprises prestataires chargées de la pose d’éviter les situations de conflit. Mais pas question de considérer la problématique bayonnaise comme une généralité. "Le cas de Bayonne est un cas tout à fait exceptionnel", souligne ainsi Laurent Méric, chargé des relations publiques autour du projet Linky chez Enedis.

"Je vais être très clair : rien ne change parce que les compteurs Linky communicants sont prévus par la loi et il n'existe pas de procédure de refus, tout simplement parce que le compteur est indispensable", martèle ce responsable. "Notre objectif demeure. C'est qu'en 2021, l'ensemble des 35 millions de consommateurs français puissent disposer du nouveau compteur communicant et des avantages qu'il propose", conclut-il.

Linky, un compteur révolutionnaire ou un mouchard ? 

L'objectif affiché par Enedis est de permettre à l'utilisateur de mieux contrôler sa consommation d'énergie, et de repérer d'éventuels gaspillages sans attendre le relevé annuel des compteurs. Mais cette technologie soulèvent de nombreuses interrogations et autant de réticences, à tel point que des dizaines de collectifs anti-Linky se sont créés. La première crainte est celle d'une dangerosité potentielle des ondes électromagnétiques émises par le compteur. Enedis assure que non, études scientifiques à l'appui. Il n'y a qu'une faible probabilité que l'exposition ait des effets sur notre santé.

Autre crainte exprimée : Linky serait-il un mouchard installé dans nos maisons, collectant à notre insu et pour un tiers des données personnelles ? La CNIL s'est penchée sur le sujet. La collecte de ces informations de consommation reste très encadrée, et Enedis a interdiction de les transmettre à des tiers. Il faut également rappeler qu'il y a eu des bugs techniques, certains clients rapportant des cas de box Internet tombées en panne ou même de compteurs Linky ayant pris feu.