Avec la voiture autonome, "nos villes vont être transformées"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Au micro de Nikos Aliagas, Jean-Louis Missika, adjoint à la Maire de Paris chargé de l'urbanisme, anticipe les différentes transformations que va engendrer la démocratisation des véhicules autonomes en France. 
INTERVIEW

"Les voitures autonomes ne sont pas notre avenir, ça se passe aujourd'hui". Invité de Nikos Aliagas jeudi, Jean-Louis Missika, adjoint à la Maire de Paris chargé de l'urbanisme, co-auteur du livre Des robots dans la ville : Comment les voitures autonomes vont changer nos vies, aux éditions Tallandier, analyse le développement de ce type de véhicules et les enjeux qui en découlent, alors que s'ouvre ce jeudi la 88ème édition du Mondial de l'Auto au Parc des expositions de la porte de Versailles.

 

>> VIDÉO - Salon de l'Auto : on a testé la voiture autonome de Valeo :

Une question politique. "Le développement des voitures autonomes est un sujet éminemment politique : on ne peut pas laisser Google, Tesla et d'autres décider de notre quotidien collectif", lance le spécialiste. "Parce que l'arrivée de la voiture autonome, c'est la même chose que l’apparition de l'automobile 'classique' qui a entraîné la disparition de la voiture à cheval", lance-t-il. "Nos villes vont être transformées : il n'y aura plus de stationnements, car les voitures seront partagées et tourneront 24 heures sur 24. Mais cela va entraîner des risques d'embouteillages majeurs parce que la baisse du coût du véhicule autonome va faire concurrence avec les transports en commun. Et les gens préféreront le porte-à-porte plutôt que le bus", avance-t-il. "Ce sont des questions importantes qui doivent être prises en charge par les citoyens". 

Une révolution industrielle. "Les voitures autonomes vont également avoir un impact économique important, à en croire Jean-Louis Missika : "Des millions d'emplois vont disparaître avec la robotisation de la conduite. Et puis les grands constructeurs vont aussi faire face à une modification de leur modèle économique : dans les villes, la mobilité va se vendre comme un service et ils proposeront des flottes entières de véhicules. En revanche, à la campagne, cela va se faire plus lentement, il y aura encore des ventes de véhicules individuels. Donc la voiture autonome est aussi une révolution pour les grands constructeurs". 

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Des véhicules autonomes déjà en circulation. Une révolution qui est beaucoup plus proche ne nous que ce que l'on croit : "La ville de Paris expérimente en ce moment même une navette autonome entre la porte de Vincennes et le Parc Floral", rappelle le spécialiste au micro d'Europe 1. "Il y a déjà plusieurs milliers de Parisiens et Franciliens qui sont déjà montés dans des véhicules autonomes. [...] Et ce qui se sait un peu moins, c'est que la plupart des grands constructeurs expérimentent des voitures autonomes individuelles dans les villes. Mais ça ne se voit pas parce qu'il y a quelqu'un derrière le volant, qui ne le touche qu'en cas de problème", révèle l'adjoint à la Maire de Paris.

Europe 1
Par Ugo Pascolo