Attention aux jouets achetés sur internet, alerte la Direction de la répression des fraudes

, modifié à
  • A
  • A
Dans les jouets testés, la DGCCRF pointe du doigt ceux qui sont fabriqués avec des matières facilement inflammables.
Dans les jouets testés, la DGCCRF pointe du doigt ceux qui sont fabriqués avec des matières facilement inflammables. © DANIEL KARMANN / DPA / AFP
Partagez sur :
Selon des tests qu'a mené la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, et révélés jeudi par "Le Parisien", seuls 26% des jouets et guirlandes électriques achetés sur internet sont conformes aux normes. 

Dans cinq jours, au pied du sapin, les enfants vont découvrir, émerveillés, les jouets que le Père Noël leur a apportés. Beaux, peut-être, mais qui ne correspondent pas tous aux normes pour la majorité d'entre eux. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) alerte en effet jeudi sur la dangerosité des jouets commandés sur internet. Selon les tests qu'elle a mené, 74% d'entre eux présentent des anomalies, révèle jeudi Le Parisien.

Seulement 26% conformes. La DGCCRF a testé 69 jouets et guirlandes électriques achetés sur internet via les principaux sites de ventes en ligne : Cdiscount, Fnac.com, Amazon, eBay, Wish, AliExpress et Rakuten-Priceminister. Le verdict est sans appel : 35% d'entre eux ne sont pas conformes aux normes et 39% d'entre eux présentent un danger. Résultat, seuls 26% d'entre eux sont conformes.

Plomb et textile inflammable. Les anomalies sont diverses mais toutes aussi dangereuses pour les enfants : des yeux de peluches qui s'arrachent facilement, la présence de plomb (une substance toxique) dans les matériaux, un costume au textile inflammable... Concernant les guirlandes, plusieurs d'entre elles présentent "un risque de choc électrique et départ de feu". Cet appel à la vigilance de la DGCCRF est d'autant plus important que jamais les Français n'ont autant commandé leurs cadeaux de Noël sur internet, crise des "gilets jaunes" oblige.