Anne Roumanoff : "Les personnels soignants donnent toujours plus avec toujours moins"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Dans "Anne Roumanoff, ça fait du bien", l'humoriste se dit exaspérée par le climat ambiant dans la société française. Elle rend également hommage aux personnels soignants, qui seront en grève jeudi, pour "sauver l'hôpital public".

"Je n’en peux plus de toutes ces polémiques. Entre celle qui déclare que les femmes pauvres ne doivent pas divorcer, celle qui propose de tirer à balle réelle sur des émeutiers, entre ceux qui se demandent si on peut pardonner à un cinéaste ses abus sexuels et ceux qui trouvent que ce n’est pas un problème de faire porter une étoile jaune à une petite fille. Je suis fatiguée. Vraiment.

Je suis à deux doigts de me retirer dans un endroit où il n’y a plus personne, en haut d’une montagne ou au siège du PS. Une polémique, cela veut dire qu’on débat, sauf qu’en France, en ce moment, on ne discute plus : on s’insulte. On ne réfléchit plus, on répète des idées reçues. On condamne sans procès, on dénigre sans savoir.

Sinon le 14 novembre, les personnels soignants vont manifester. On en parle moins forcément. Ils ne font pas de déclarations spectaculaires, ils ne suscitent pas de polémiques. Cela fait plusieurs mois qu’ils sont en grève les personnels soignants, mais cela ne se voit pas, parce que, quand les personnels soignants font grève, ils continuent à soigner les gens et ils ont juste un brassard avec écrit 'en grève'. C’est une vocation de s’occuper des autres.

Les soignants donnent toujours plus avec toujours moins. Moins de moyens, moins de temps, moins d’espoir que ça s’améliore.

Entendu sur europe1 :
Altruiste, c’est quand on se préoccupe des autres au lieu de publier des selfies de soi sur les réseaux sociaux en comptant les likes

Les blouses blanches ne se battent pas pour leurs retraites, un peu pour leur salaires. Oui, s’ils avaient voulu devenir riches, ils auraient choisi un autre métier. Ils se battent surtout pour avoir des meilleures conditions de travail. Ils aimeraient juste pouvoir mieux s’occuper des patients.

Ils voudraient bien ne plus dire "ne vous inquiétez pas madame, j’arrive" et revenir une heure après. Ils aimeraient ne pas faire patienter des heures les malades aux urgences. Qu’ils soient aide-soignants, infirmières, ambulanciers, médecins, kinés, cadres hospitaliers, psychologues, personnel paramédical. Tous ces gens exercent un métier altruiste. Altruiste, c’est quand on se préoccupe des autres au lieu de publier des selfies de soi sur les réseaux sociaux en comptant les likes.

Les blouses blanches, ils réconfortent l’enfant qui a peur de se faire opérer, ils plaisantent avec la mamie qui est toute seule dans son Ehpad, ils rassurent, ils calment, ils apaisent, en dispensant. Ce petit truc indicible qui s’appelle l’attention à l’autre. Quand les soignants sont mal, cela signifie que c’est toute la société qui ne se porte pas très bien. Alors, ce serait bien de les écouter."

Europe 1
Par Anne Roumanoff