Affaire Ferrand : trois juges d'instruction désignés à Lille

, modifié à
  • A
  • A
L'affaire avait coûté à Richard Ferrand sa place au gouvernement. © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Partagez sur :

L'affaire porte sur le bien immobilier acquis par la compagne de Richard Ferrand et loué aux Mutuelles de Bretagne, dont il était alors le directeur général.

Trois juges d'instruction ont été désignés à Lille pour instruire le dossier Richard Ferrand dans l'affaire immobilière qui avait coûté à l'actuel président LREM de l'Assemblée nationale sa place au gouvernement. "Trois juges d'intruction" ont ainsi été désignés, "le 25 septembre", "pour instruire le dossier", a appris l'AFP auprès du parquet de Lille. "En l'état, aucune convocation pour mise en examen n'a été délivrée", a ajouté cette source. La Cour de Cassation avait ordonné en juillet le dépaysement à Lille de l'information judiciaire ouverte à Paris.

Possible conflit d'intérêts lié à un magistrat membre d'Anticor. En effet, la plus haute juridiction judiciaire avait validé la demande des avocats de Richard Ferrand, qui avaient mis en avant en mars un possible conflit d'intérêts lié à un magistrat parisien membre de l'association anticorruption Anticor à l'origine de la procédure judiciaire.

Les hauts magistrats ont donc décidé de confier l'enquête au tribunal de grande instance de Lille "afin de garantir l'impartialité objective de la juridiction saisie". Cette procédure de dépaysement avait entraîné le report de son audition devant le juge parisien Renaud Van Ruymbeke initialement prévue le 26 mars.

Ferrand, éphémère ministre de la Cohésion des territoires. Il y a tout juste un mois, dans la foulée de la démission surprise du ministre de l'Ecologie Nicolas Hulot, Richard Ferrand, fidèle de la première heure du président Emmanuel Macron, a connu une belle promotion en étant élu président de l'Assemblée nationale après la nomination de François de Rugy au gouvernement.

Cet ex-journaliste et ex-dirigeant de mutuelle, ancien socialiste, élu depuis 2012 au Palais Bourbon, pilotait jusqu'alors, depuis son départ forcé du gouvernement, en juin 2017, le groupe majoritaire LREM. Révélée par Le Canard enchaîné, l'affaire porte sur le bien immobilier acquis par la compagne de Richard Ferrand et loué aux Mutuelles de Bretagne, dont il était alors le directeur général (1998-2012). Cette histoire lui avait coûté son éphémère portefeuille de ministre de la Cohésion des territoires, qu'il avait dû abandonner un mois après sa nomination.