Affaire Daval : le verdict symbolise "la nouvelle place" des féminicides pour la justice

, modifié à
  • A
  • A
Jonathann Daval a été condamné à 25 ans de réclusion criminelle. 2:01
Jonathann Daval a été condamné à 25 ans de réclusion criminelle. © PATRICK HERTZOG / AFP
Partagez sur :
La Cour d'assises de la Haute-Saône a condamné samedi Jonathann Daval à 25 ans de réclusion criminelle pour le meurtre d'Alexia. "C'est à la fois rassurant et intéressant quant à la nouvelle place qui est faite au sein des cours d'assises pour les féminicides", estime l'avocate Isabelle Steyer samedi sur Europe 1.
INTERVIEW

La Cour d'assises de la Haute-Saône a condamné samedi Jonathann Daval à 25 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de sa femme Alexia Fouillot en octobre 2017. "C'est à la fois rassurant et intéressant quant à la nouvelle place qui est faite au sein des cours d'assises pour les féminicides", estime Me Isabelle Steyer, avocate au barreau de Paris, samedi sur Europe 1. "Les courtes peines qui étaient précédemment prononcées (pour les féminicides) ne permettaient pas de mettre l'accent sur la gravité et les conséquences dramatiques que cela causait pour la victime et pour sa famille."

"On tournait autour de 7-8 ans, 10 ans maximum"

L'avocate rappelle que jusqu'ici "les peines étaient peu élevées". "On tournait autour de 7-8 ans, 10 ans maximum", explique-t-elle. "Je pense que l'avocat général a voulu exprimer l'idée que ce sont des meurtres qui sont avec circonstances aggravantes parce que l'agresseur connaît tout de la victime", ajoute Me Isabelle Steyer. "C'est un crime qui va au-delà du meurtre, qui détruit toute l'intimité, toute la famille." Rendu au terme d'un procès extrêmement médiatisé, le verdict de la cour d'assises a pourtant été inférieur aux réquisitions de l'avocat général, qui avait réclamé dans la matinée la réclusion criminelle à perpétuité à l'encontre de l'informaticien de 36 ans.

"Pas un dossier qui pouvait amener une peine de réclusion criminelle à perpétuité"

"Ce n'est pas un dossier qui pouvait amener une condamnation à une peine de réclusion criminelle à perpétuité, car nous ne sommes pas dans un cadre d'assassin en série", analyse, quant à elle, l'avocate.

Jonathann Daval ne fera pas appel de la décision, a annoncé une de ses avocats, Me Ornella Sportafora.

Europe 1
Par Jonathan Grelier