Accusation d'inceste : "Victor" Kouchner a porté plainte contre Olivier Duhamel

, modifié à
  • A
  • A
"Victor" Kouchner a porté plainte pour la première fois contre son beau-père Olivier Duhamel pour des faits d'inceste.
"Victor" Kouchner a porté plainte pour la première fois contre son beau-père Olivier Duhamel pour des faits d'inceste. © AFP
Partagez sur :
"Victor", le frère jumeau de Camille Kouchner, a porté plainte mardi contre son beau-père, le politologue Olivier Duhamel, pour la première fois. Dans le livre "La Familia Grande", Camille Kouchner racontait que son frère avait été agressé sexuellement à l'adolescence par celui-ci. 

"Victor", le frère jumeau de Camille Kouchner qui selon elle a été agressé sexuellement à l'adolescence par leur beau-père, le politologue Olivier Duhamel, a pour la première fois porté plainte mardi contre ce dernier, a annoncé à l'AFP son avocate dans un communiqué. "Dans le cadre de l''affaire Duhamel', la victime présumée fait savoir, par l'intermédiaire de son avocate Maître Jacqueline Laffont, qu'elle a déposé plainte contre son ex-beau-père Monsieur Olivier Duhamel suite à l'ouverture d'une enquête préliminaire diligentée par le parquet de Paris", indique son conseil dans ce communiqué.

Déjà entendu lors d'une première procédure en 2011

Cet homme aujourd'hui âgé de 45 ans a été entendu le 21 janvier par les policiers de la Brigade de protection des mineurs (BPM) chargés de l'enquête ouverte pour "viols et agressions sexuelles par personne ayant autorité sur mineur de 15 ans". Pendant cette audition, il est revenu longuement sur les faits révélés par sa sœur dans La Familia Grande, paru le 7 janvier. Dans ce récit autobiographique de 200 pages, à la parution duquel "Victor" ne s'est pas opposé, Camille Kouchner accuse Olivier Duhamel, politologue de renom et influent, ancien eurodéputé et habitué des médias, d'avoir agressé sexuellement son jumeau à la fin des années 80.

"Victor", fils de l'ancien ministre Bernard Kouchner et de la professeure de droit Evelyne Pisier (morte en 2017), remariée avec Olivier Duhamel, avait été interrogé dans une première procédure ouverte en 2011. Mais il avait alors refusé de déposer plainte pour ces faits, probablement prescrits. L'enquête avait été "classée sans suite", a indiqué le 5 janvier dans un communiqué le procureur de Paris Rémy Heitz, sans motiver cette décision.

Une enquête pour "identifier toute autre victime potentielle"

La nouvelle enquête ouverte à la parution du livre vise à vérifier que les faits sont bien prescrits depuis 2003, "à faire la lumière" sur cette affaire et à "identifier toute autre victime potentielle", selon Rémi Heitz. Contactée mardi par l'AFP, Me Frédérique Baulieu, l'avocate d'Olivier Duhamel, n'a pas souhaité faire de commentaire.

Depuis la parution du livre, ces accusations suscitent un vaste débat et de nombreux témoignages sur l'inceste, notamment sur les réseaux sociaux via le mot-dièse #Metooinceste. Après les révélations, Olivier Duhamel a démissionné de l'ensemble de ses fonctions : outre la présidence de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), qui chapeaute Sciences Po, le politologue a aussi quitté celle du club d'influence "Le Siècle" et arrêté ses émissions sur LCI ou Europe 1.

Plusieurs personnes de l'entourage d'Olivier Duhamel, accusées d'avoir été au courant des faits depuis plusieurs années, ont été éclaboussées par le scandale. Le préfet d'Ile-de-France Marc Guillaume, membre du conseil d'administration du "Siècle" et ex-secrétaire général du gouvernement, a quitté l'ensemble des fonctions dans lesquelles il a travaillé avec Olivier Duhamel. L'ancienne ministre Elisabeth Guigou a, elle, quitté la présidence de la Commission sur l'inceste et les violences sexuelles subies pendant l'enfance.