Rentrée : a-t-on le droit de s'habiller comme on veut sur son lieu de travail ?

  • A
  • A
tenue travail costume / SnapwireSnaps / Pixabay
L'employeur est en droit d'exiger une tenue décente et propre pour travailler, selon la nature de l'emploi. © SnapwireSnaps / Pixabay
Partagez sur :
Fini, les tongs et les maillots de bain : la rentrée est là et il va falloir de nouveau s'habiller correctement pour aller travailler. Même si la liberté vestimentaire existe, l'employeur peut exiger une tenue correcte au regard de "la tâche à accomplir" du salarié, explique l'avocat Roland Perez dans sa chronique.

Qui dit rentrée des classes dit rentrée au travail, et le choix cornélien de la tenue, chaque jour, va de nouveau se poser. Mais que dit la loi sur le tenue vestimentaire ? Ai-je le droit de m’habiller comme je veux au travail ? C'est à cette question que répond dimanche l'avocat Roland Perez sur Europe 1.

Encadré par le code du travail

Si la liberté de se vêtir est bien une liberté individuelle, ce n’est pas pour autant une liberté fondamentale si bien que, si chacun est libre de porter la tenue vestimentaire de son choix, l’employeur peut tout de même s’en mêler. Pour cela, il peut s’appuyer sur le code du travail qui énonce que "nul ne peut apporter aux droits des personnes et aux libertés fondamentales des restrictions qui ne seraient pas justifiées par la tache à accomplir, ni proportionnées aux but recherché".

Il peut ainsi exiger à la fois une tenue propre, décente, correcte, pas aguicheuse et donc l’employeur peut légitiment sanctionner un salarié qui s’obstine à venir en bermuda, en jogging, en tongs ou même en tenue très légère voire transparente. Et ce, même si les salariés justifient de leur tenue par le fait de ne pas être relation avec la clientèle ou pour cause de canicule.

La sanction peut aller jusqu'au licenciement si le salarié persiste à adopter de telles tenues vestimentaires.

Le classique jeans/baskets autorisé

Concernant les jeans avec des baskets, la cour d’appel de Paris a clairement répondu que ce type de tenue n’était ni incongru, ni déplacé, pour autant que l'ensemble soit normalement soigné. De même, imposer le port d’une cravate à un employé n’est plus de mise aujourd'hui, sauf pour l’employeur à en justifier au regard de l’emploi occupé.

Au final, les tenues vestimentaires au travail sont une question de contexte et de tâche à accomplir par le salarié.

Europe 1
Par Roland Perez