Suicide/Renault: une famille obtient réparation

  • A
  • A
Partagez sur :

La famille d'un technicien au Technocentre de Guyancourt, dans les Yvelines, qui s'est suicidé en février 2007, a récemment obtenu réparation pour l'atteinte par le constructeur Renault de la vie personnelle et familiale du salarié. L'AFP a obtenu une copie du jugement jeudi. Le conseil des prud'hommes de Versailles a condamné Renault le 15 mai à verser au total quelque 6.300 euros à la veuve du salarié pour des heures supplémentaires non payées et au titre des dommages et intérêts "pour non respect du droit à la vie personnelle et familiale".

Le conseil a en revanche débouté la famille sur ses demandes visant un quelconque "travail dissimulé".