Esclavage: Taubira pour une politique foncière

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Dans une interview au Journal du Dimanche, Christiane Taubira plaide pour une politique foncière qui permettrait aux descendants d'esclaves d'avoir accès aux terres, notamment dans les territoires d'outre-mer. "En outre-mer, il y a eu une confiscation des terres ce qui fait que, d'une façon générale, les descendants d'esclaves n'ont guère accès au foncier", souligne la ministre de la Justice à l'origine de la loi de 2001 qui reconnaît l'esclavage comme un crime contre l'humanité.

"Il faudrait donc envisager, sans ouvrir de guerre civile, des remembrements fonciers, des politiques foncières. Il y a des choses à mettre en place sans expropriation, en expliquant très clairement quel est le sens d'une action publique qui consisterait à acheter des terres." En Guyane, l'État avait accaparé le foncier, "donc là, c'est plus facile", estime-t-elle. "Aux Antilles, c'est surtout les descendants des 'maîtres' qui ont conservé les terres donc cela reste plus délicat à mettre en œuvre."