Pourquoi il faut s'inquiéter de la possible disparition des nuages de basse altitude

, modifié à
  • A
  • A
La disparition des nuages de basse altitude entraînerait un réchauffement d'environ huit degrés Celsius. © AFP
Partagez sur :

Les nuages de basse altitude, chargés de refroidir l'atmosphère, pourraient disparaître avertissent des scientifiques dans une étude publiée lundi.

Surplombant les océans, les nuages de basse altitude refroidissent l'atmosphère en réfléchissant les rayons du soleil vers l'espace. Mais un triplement de la concentration de CO2 dans l'atmosphère pourrait les faire disparaître et faire grimper en flèche le thermomètre, avertissent lundi des scientifiques dans une étude publiée dans la revue NatureGeoscience.

Sans eux, un réchauffement d'environ 8°. Les stratocumulus couvrent environ 20% de la surface des océans dans les zones tempérées du globe et se trouvent en particulier dans les parties Est des océans, par exemple le long de la Californie, du Mexique et du Pérou. Leur disparition entraînerait un réchauffement "d'environ huit degrés Celsius, qui s'ajouterait au réchauffement climatique provoqué par la hausse de la concentration des gaz à effet de serre" due aux activités humaines, avertit l'étude.

Des seuils de changement climatique. "Nos résultats montrent qu'il existe des seuils de changement climatique dangereux dont nous n'avions pas conscience" jusqu'alors, explique Tapio Schneider, chercheur au Jet Propulsion Laboratory de la Nasa à Pasadena en Californie, et principal auteur de l'étude. Une augmentation des températures de cet ordre entraînerait une fonte de la glace dans les pôles et une montée des océans de dizaines de mètres, au-delà des capacités des humains à s'adapter, avertissent les scientifiques. La Terre n'a pas connu un tel climat depuis le début de l'Éocène (-53 à -48 millions d'années), quand la température moyenne était plus élevée d'environ 12 degrés et que des crocodiles peuplaient l'Arctique.

Une concentration de CO2 critique pourrait survenir en 2104.Le réchauffement climatique en cours, de 1°C par rapport à l'ère préindustrielle, entraîne déjà son lot de sécheresses, inondations, cyclones... La concentration de CO2 a augmenté au cours de cette période de près de 45% pour atteindre 410 parties par million (ppm). L'accord de Paris sur le climat de 2015 vise à limiter le réchauffement à +2°C, idéalement +1,5°C. Se basant sur une modélisation de l'évolution des nuages, les chercheurs ont déterminé que la couche protectrice de nuages pourrait se rompre si la concentration de CO2 atteint 1.200 ppm, bien que le point de bascule puisse être un peu plus élevé.

Si l'humanité poursuit ses activités au rythme actuel, "le niveau de 1.200 ppm sera franchi en 2104", indique Malte Meinshausen, directeur du Climate and Energy College de l'université de Melbourne, se basant sur une étude à venir. Une autre source d'inquiétude est que le réchauffement climatique causé par les activités humaines entraîne en plus la libération de CO2 et de méthane aujourd'hui contenus dans des milieux naturels comme le permafrost (des sols gelés toute l'année) mettant à mal les efforts réalisés pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

 

Les + lus