VIDÉO - Au pôle Sud, un bloc de banquise plus grand que Paris sur le point de se détacher

  • A
  • A
antarctique
Filmée par un organisme britannique de recherches scientifiques en Antarctique, la faille semble s'étirer sur des kilomètres. © Capture Twitter @BAS_News
Partagez sur :
En Antarctique, un bloc de glace d'environ 1.270 kilomètres carrés est en train de se détacher de la banquise, conséquence du réchauffement climatique. Il pourrait provoquer, dans son sillage, la formation d'autres icebergs de taille similaire, voire plus importants, et une élévation du niveau de la mer.

Symbole du dérèglement climatique, un iceberg monumental, plus grand que la ville de Paris, est en train de se détacher de la banquise antarctique, au pôle Sud. Il faut imaginer ce phénomène vertigineux vu du ciel : une immense étendue de glace parfaitement blanche mais qui se retrouve traversée par une faille interminable sur des kilomètres. C'est tout simplement le bloc de glace qui est en train de doucement s'arracher.

"Une conséquence directe du réchauffement de la planète"

Halley VI, une station de recherches scientifiques située à proximité de la zone de rupture, a dû être évacuée mi-février, indique le British Antarctic Survey, un organisme qui exploite plusieurs centres de recherche sur le continent, et qui a publié sur Twitter une impressionnante vidéo de la faille.

Ce qu'il faut craindre, c'est qu'une fois détaché, ce bloc de 1.270 kilomètres carrés laisse s'écouler derrière lui des masses de glace encore plus importantes, provoquant une élévation du niveau de la mer. "Ce processus est une conséquence directe du réchauffement de la planète", constate auprès d’Europe 1 le climatologue Hervé Le Treut.

"On est face à un problème grave parce qu'il est relativement inéluctable. Jusqu'à présent nous n’avons pas réduit nos émissions de gaz à effet de serre, et ils continuent de se stocker dans l'atmosphère", déplore le scientifique. Avant d'ajouter : "Une partie du futur est déjà écrite, et il s'agit d'un problème que nous ne maîtrisons pas."

Europe 1
Par Damien Mestre, édité par Romain David