Vaccins : les idées fausses bien répandues dans l'Union Européenne

, modifié à
  • A
  • A
Un tiers des personnes (31%) pensent à tort que les vaccins fragilisent le système immunitaire.
Un tiers des personnes (31%) pensent à tort que les vaccins fragilisent le système immunitaire. © YURI DYACHYSHYN / AFP
Partagez sur :
L'exécutif européen a publié un sondage Eurobaromètre spécial sur l'attitude des Européens vis-à-vis de la vaccination.

Si une large majorité des Européens pensent que les vaccins sont efficaces, les idées fausses et la méconnaissance de leurs effets sont assez répandues, selon un sondage paru vendredi. Ce qui a de quoi inquiéter la Commission européenne.

L'UE, "région du monde avec la confiance la plus faible" sur les vaccins

L'exécutif européen, inquiet notamment de la multiplication des cas de rougeoles, a publié un sondage Eurobaromètre spécial sur l'attitude des Européens vis-à-vis de la vaccination. "Les décisions individuelles affectent la population de l'UE dans son ensemble", a souligné Jyrki Katainen, un des vice-présidents de la Commission, qui a chapeauté le dossier.

Les vaccins sont "aussi une question de solidarité" à l'égard des populations trop fragiles pour être vaccinées, et par là-même mises en danger par des personnes décidant de ne pas se faire vacciner, a ajouté Jyrki Katainen lors d'un point avec des journalistes. Selon lui, l'Union européenne "est la région du monde avec la confiance la plus faible dans la sécurité et l'efficacité des vaccins".

Des doutes sur les vaccins

Ce sondage, réalisé la dernière quinzaine de mars dans les 28 pays de l'UE auprès de 27.524 personnes de plus de 15 ans, montre que 85% des sondés estiment que les vaccins peuvent être efficaces dans la prévention de maladies comme la rougeole, la grippe, l'hépatite, le tétanos ou encore la polio.

Mais il met aussi en lumière certaines idées fausses qui circulent. Ainsi, en moyenne un tiers des personnes (31%) pensent à tort que les vaccins fragilisent le système immunitaire. Et dans 16 pays, au moins la moitié des personnes interrogées affirment que les vaccins peuvent "souvent produire des effets secondaires graves", dont la France (60% des personnes interrogées).