Strasbourg : une plateforme téléphonique pour désengorger les urgences

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Les habitants du Bas-Rhin doivent appeler le 116 117 avant de se rendre aux urgences. Cette plateforme gratuite mise en place par les Hôpitaux universitaires de Strasbourg a pour vocation de mieux orienter les patients vers des consultations en cabinet. 

Pour désengorger le service d'urgences des Hôpitaux universitaires de Strasbourg, dont la fréquentation est en hausse de 10% chaque année depuis trois ans, l'Agence régionale de santé (ARS) Grand Est et l'Union régionale des professionnels de santé (URPS médecins libéraux) ont mis en place un numéro de téléphone. Les patients doivent désormais appeler le 116 117 pour être mieux orientés et parfois détournés des urgences quand ce n'est pas nécessaire.

Une consultation en cabinet plutôt qu'un passage aux urgences. Lorsqu'un habitant du Bas-Rhin appelle le 116 117, il est pris en charge par un médecin régulateur qui lui trouve un rendez-vous afin qu'il soit plus rapidement pris en charge dans un cabinet plutôt qu'il ne se rende aux urgences inutilement.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"On a des urgences qui sont en très grande difficultés notamment dans la période hivernale", explique Christophe Lannelongue, directeur général de l'Agence régionale de Santé (ARS) Grand Est. "Or 40% des personnes qui vont aux urgences ne devraient pas s'y rendre. La plupart du temps, ils n'ont besoin que d'un conseil. Donc ce système garantit que vous allez avoir accès à un médecin rapidement alors qu'aux urgences, il faut attendre plusieurs heures." Mieux orienter les patients amène donc à une prise en charge plus efficace. 

Un changement d'habitudes à adopter. Le Dr Guilaine Kieffer-Desgrippes, médecin généraliste à Strasbourg, veut également changer les habitudes. Ce numéro de téléphone a pour objectif de "générer un nouveau réflexe qui est de ne pas se rendre aux urgences avant d'avoir appelé. On comprend bien l'angoisse des parents, des gens qui souffrent, mais la plupart du temps, ce ne sont pas de vraies urgences." Déjà 130 médecins ont intégré ce dispositif qui doit, à terme, s'élargir à toute la région, voire à toute la France.