Polémique sur les "gilets jaunes" blessés : "Je ne demanderai jamais aux soignants de ficher les malades", balaye Agnès Buzyn

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Dans une tribune publiée sur Mediapart, une centaine de personnalités dénoncent le "silence" de l'Etat sur le nombre de blessés depuis le début du mouvement des "gilets jaunes". 
INTERVIEW

Une centaine de personnalités demandent à Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, de "lever le voile" sur le nombre de manifestants et de membres des forces de l'ordre hospitalisés depuis le début du mouvement des "gilets jaunes", arguant notamment que ce chiffre serait maintenu secret. "Ça m'exaspère que l'on dise ça", a réagi Agnès Buzyn mercredi, au micro d'Audrey Crespo-Mara sur Europe 1. "Les hôpitaux reçoivent tout le monde, sans trier et sans ficher !", assure-t-elle.

"Ça n'est pas comme ça que fonctionnent les hôpitaux". "Je ne demanderai jamais aux soignants de ficher les malades qui arrivent", ajoute Agnès Buzyn. "Un médecin qui soigne un malade, et notamment un urgentiste, y va pour une blessure. Il va connaitre sa blessure mais ne va pas identifier si c'est un membre des forces de l'ordre, un 'gilet jaune', ou même un passant qui a couru et s'est blessé. Et heureusement !", explique-t-elle. "Connaitre le nombre de personnes hospitalisées qui seraient soit des 'gilets jaunes', soit des forces de l'ordre, ça n'est pas comme ça que fonctionnent les hôpitaux, et heureusement !"

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Une tribune dénonce "des dommages irréversibles". Dans une tribune publiée par Mediapart, plusieurs personnalités, parmi lesquelles le journaliste Edwy Plenel, l'écrivaine Annie Ernaux ou encore l'acteur Swann Arlaud dénoncent "l'épisode de répression le plus violent depuis 1968", mis en place face à la grogne des "gilets jaunes". Ils demandent à "l'État, et en particulier au ministère de la Santé [...], de lever le voile maintenant sur le nombre de manifestants et de membres de forces de l'ordre" hospitalisés, invoquant "des dommages irréversibles".

Blessures à l’œil. Selon des membres des "gilets jaunes", vingt personnes auraient été éborgnées en marge des manifestations par des lanceurs de balle de défense (LBD), une arme de désencerclement dont l'utilisation fait polémique. De son côté, Agnès Buzyn reconnait avoir été interpellée quant aux nombre de blessures à l'œil relevées en marge des journées de protestation. "C'est un problème spécifique dont je souhaite discuter avec la Société française d'ophtalmologie", indique-t-elle.