Plus de la moitié des soignants ne se font jamais vacciner contre la grippe

  • A
  • A
Plus de la moitié des soignants ne se fait pas vacciner contre la grippe.
Plus de la moitié des soignants ne se fait pas vacciner contre la grippe. © THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :
Plus de la moitié du personnel soignant ne se fait pas vacciner contre la grippe, selon une étude Odoxa publiée lundi. Par ailleurs un médecin sur dix consomme de l'alcool "tous les jours au presque", tandis que plus d'un soignant sur dix fume quotidiennement.

Plus de la moitié des soignants (53%) ne se font jamais vacciner contre la grippe et nombreux sont ceux qui ont "des comportements à risque" (consommation d'alcool, de tabac, etc.), selon une vaste étude Odoxa* publiée lundi.

De "mauvais élèves en termes de prévention". "Les cordonniers sont de plus en plus mal chaussés", résume l'institut de sondage dans son baromètre "Carnet de santé", réalisé pour la Mutuelle nationale des hospitaliers (MNH), Le Figaro, Franceinfo et Le Quotidien du Médecin. Premier constat, "les professionnels de santé sont de mauvais élèves en termes de prévention": deux soignants sur cinq (18%) n'ont pas de médecin référent, dont six médecins sur dix.

Plus de la moitié des soignants ne se fait pas vacciner. À la question "vous faites-vous vacciner contre la grippe ?", plus de la moitié répondent "non", 36% "oui, tous les ans" et 16% "oui mais pas tous les ans". Plus de six infirmiers et aides-soignants sur dix répondent négativement.

Des professionnels de santé qui boivent et fument. Autre enseignement, un médecin sur dix consomme de l'alcool "tous les jours ou presque", et 18% des spécialistes comme 18% des généralistes, en consomment "plusieurs fois par semaine". Plus d'un soignant sur dix (12%) fume quotidiennement, un chiffre qui double chez les infirmiers (20%) et aides-soignants (22%) "pour rejoindre les niveaux observés dans la population générale", selon l'étude. L'absence d'activité sportive concerne par ailleurs plus d'un tiers des soignants (35%) et plus d'un aide-soignant sur deux (56%).

Des infirmiers et aides-soignants "les plus frappés par des problèmes de santé. Côté conditions de travail, près de six professionnels de santé sur dix travaillent le week-end (15% "presque toujours" et 44% "régulièrement"), un chiffre qui "culmine" à neuf sur dix chez les infirmiers et les aides-soignants.

Ces derniers "représentent, de loin, les groupes professionnels les plus frappés par les problèmes de santé", souligne dans son rapport le professeur Didier Truchot, de l'université de Bourgogne-Franche Comté. En moyenne, les professionnels de santé ont pris 7,5 jours d'arrêt de travail au cours des 12 derniers mois (14,3 jours à l'hôpital contre 3,5 en libéral), les aides-soignants et les infirmiers ayant pris respectivement 24 et 14 jours d'arrêt.

*6.078 médecins, infirmiers, aides-soignants, pharmaciens, dentistes, kinésithérapeutes ou encore sages-femmes, dont 1.307 personnels hospitaliers, ont été interrogés en ligne du 27 septembre au 30 octobre 2018. Le panel a été  constitué en grande majorité de femmes (73%) compte tenu de leur sur-représentation dans certaines professions.