LA QUESTION SEXO - Que veulent dire les rêves érotiques ?

  • A
  • A
Partagez sur :
Dans l'émission "Sans rendez-vous" sur Europe 1, Catherine Blanc s'intéresse aux rêves érotiques. Pour la psychanalyste et sexologue, ces rêves sont faits à tout âge, aussi bien par les femmes que les hommes. Ils permettent ainsi "d'expérimenter ce qui nous inquiète" et donc de dépasser ses inhibitions.

Parce qu'ils sont impromptus, les rêves érotiques peuvent laisser d'étranges sensations au réveil. Dans l’émission Sans rendez-vous mardi sur Europe 1, la sexologue et psychiatre Catherine Blanc s'intéresse à ces rêves et analysent leur utilité sur les inhibitions des femmes et des hommes.

La chronique de Catherine Blanc

"Tout le monde fait des rêves érotiques, enfants, pré-ados et ados compris, pas toujours en s'en souvenant d'ailleurs. Mais nous faisons tous des rêves érotiques, cela participe à notre construction et à notre réflexion inconsciente au sujet de la sexualité. Cela démarre dès lors qu'il y a des pulsions sexuelles et que le champ libidinal est éveillé, donc évidemment déjà dans notre jeune âge.

Y a-t-il un lien entre la libido et les rêves érotiques ?

En général, ce peut être un compensation. Le principe du rêve, en général, et érotique, en particulier, c'est toujours d'essayer de comprendre ce qui nous sollicite et ce sur quoi nous pouvons être en difficulté, ou ce sur quoi nous cherchons des solutions ou encore ce sur quoi nous voulons dépasser nos inhibitions... Donc nos rêves érotiques sont là pour expérimenter ce qui nous inquiète, expérimenter une position - je ne parle pas de position sexuelle, encore que -, mais c'est surtout une position relationnelle.

Il s'agit de dépasser une inhibition, de se confronter à sa culpabilité. C'est une sorte d'expérimentation pour pouvoir oser éventuellement aborder la sexualité ensuite. Ce n'est pas lié nécessairement à l'expression d'une libido forte vécue, mais en tout cas d'une libido dont on ne sait que faire et qu'on refoule. Le rêve érotique permet de l'expérimenter.

Y a-t-il une différence entre les deux sexes ?

C'est aussi bien quelque chose de masculin que de féminin. La seule question, c'est la capacité que nous avons à retenir nos rêves. De façon générale, nous ne sommes pas tous égaux à ce sujet. Certains sont très attentifs à leurs rêves, puisque ça se passe dans le domaine du sommeil paradoxal. D'autres, au contraire, se réveillent et n'ont plus les traces, plus de sensations qu'ils refoulent... Surtout si le sujet de la sexualité est à refouler.

Est-ce qu'un rêve érotique peut se terminer par une éjaculation nocturne ?

Une éjaculation oui, mais on parle aussi pour les jeunes hommes de "pollutions nocturnes". Mais aussi en orgasme ou en jouissance pour les femmes. Il faut comprendre que comme tous les autres rêves, ce sont des émotions qui sont à l'ordre du jour. Si par exemple c'est un cauchemar où j'ai peur, j'ai vraiment peur. Je tremble peut-être même, je peux avoir froid. C'est la même chose pour la sexualité. C'est vraiment tout le corps, l'être, qui est sollicité émotionnellement, jusque dans les répercussions propres au rêve qui a été vécu.

Que veulent dire ces rêves ?

Ce n'est pas toujours le personnage qui est mis en scène dont il est question. Cela pose plusieurs questions : celle d'abord de notre rapport à la sexualité, à nos inhibitions, au désir, à l'agressivité, à la position de soumission ou de domination...

Bref, tout ce qui est à l'œuvre dans la sexualité. Si tout à coup on mêle un personnage en plein milieu, comme son patron, alors qu'on n'a pas du tout le moindre désir pour lui, cela peut raconter autre chose de l'autre qui est du rapport dominant/dominé, avec tous les conflits que génèrent cette relation de domination éventuelle ou au contraire de son besoin de s'en défendre, voire de s'y soumettre. Cela vient tout à coup se mêler à un autre sujet qui pourrait être un sujet érotique. Ça ne veut pas du tout dire que c'est l'homme désiré. Ça ne veut pas du tout dire qu'on doit aller au bout du fantasme."

Europe 1
Par Catherine Blanc