INFO EUROPE 1 - "Grève du codage" : l'AP-HP menace le personnel gréviste de sanctions

, modifié à
  • A
  • A
siège AP HP Paris FRANCOIS GUILLOT / AFP 1:29
L'AP-HP prévoit des sanctions disciplinaires pour les "grévistes du codage". © FRANCOIS GUILLOT / AFP
Partagez sur :
Dans un document qu'Europe 1 a pu consulter, la direction des ressources humaines de l'AP-HP menace de sanctions disciplinaires le personnel paramédical qui participe à la "grève du codage", qui consiste à ne plus transmettre à l'Assurance maladie les données sur les actes pratiqués. Une tentative de pression sur les équipes dénoncée par le collectif inter-hôpitaux.
INFO EUROPE 1

Une sanction disciplinaire, ou une retenue sur salaire : dans le conflit qui oppose depuis des mois les médecins hospitaliers et le ministère de la Santé, désormais, le personnel paramédical qui participe à la "grève du codage" risque gros. Depuis octobre, les médecins grévistes ne communiquent plus les données sur les actes pratiqués. Conséquence : impossible pour les hôpitaux de se faire rembourser par l'Assurance Maladie, une méthode qui tape directement dans le portefeuille de la direction. Alors forcément, après 4 mois de grève, l'AP-HP change de ton. Le document interne qu'Europe 1 a pu consulter et qui menace de ces sanctions est signé de la direction des ressources humaines de l'AP-HP. 

"C'est une première"

 "L'administration qui semble ne plus avoir de prise sur les médecins, s'en prend à l'échelon du dessous, c'est-à-dire l'encadrement, de manière à scinder les services, pour que certains se désolidarisent", dénonce Mickaël Peyromaure, chef du service d'urologie de l'hôpital Cochin à Paris, qui parle d'une tentative de pression sur les équipes. "C'est tout à fait scandaleux, c'est une première".

Du chantage aussi sur le matériel ou les plannings, selon ce médecin. A la Pitié-Salpêtrière, la direction aurait même refusé de commander des médicaments particulièrement coûteux. 

Face à ces réactions de l'AP-HP, les médecins sont convaincus d'une chose : la "grève du codage" qui touche au portefeuille des hôpitaux est la méthode la plus efficace, plus que les démissions, probablement moins nombreuses que prévu. Elle devrait même se durcir, indique ce membre du collectif inter-hôpitaux, car "ces intimidations vont remobiliser les troupes."

Europe 1
Par Romane Hocquet, édité par Séverine Mermilliod