Charente-Maritime : des élus et des diabétiques s'inquiètent de l'arrêt d'un dispositif médical

  • A
  • A
Le diabète concerne plus de trois millions de personnes en France en 2019.
Le diabète concerne plus de trois millions de personnes en France en 2019. © Niklas HALLE'N / AFP
Partagez sur :
La société américaine Medtronic a annoncé l'arrêt de fabrication de pompes à insuline, une nouvelle qui inquiète de nombreux malades.

Deux élus de Charente-Maritime ont interpellé le gouvernement sur le cas de centaines de malades diabétiques, dont certains craignent pour leur vie après l'arrêt de fabrication de pompes à insuline de la société américaine Medtronic, ont-ils indiqué mercredi à l'AFP.

"Il n'existe pas d'autre traitement"

La sénatrice Les Républicains Corinne Imbert a écrit à Agnès Buzyn, ministre de la Santé, pour l'alerter sur la situation de personnes souffrant de diabète "de type 1 complexe", et à qui seule l'implantation dans l'abdomen d'une pompe à insuline permet de mener une vie normale. Pour ces personnes, "il n'existe pas d'autre traitement", a-t-elle déclaré à l'AFP. 

L'entreprise américaine, leader mondial dans les technologies médicales selon son site Internet, a décidé d'arrêter la production de ces pompes en 2020. Le groupe en France n'a pu être joint mais des documents de Medtronic datés de 2017 expliquent cette décision par la mise en place d'un nouveau système par "administration externe d'insuline".

Olivier Falorni, député membre du groupe Liberté et territoires, compte lui aussi interpeller la ministre, "pour rappeler que sur le terrain, des patients sont inquiets". Medtronic "n'a pas le droit de jouer au casino avec la santé des gens", a ajouté le député.

Deux cent cinquante Français utilisent cet appareil

Les élus locaux ont été alertés par Alexandra Rousseau, 48 ans, de Sainte-Soulle, qui s'est fait implanter cette pompe MiniMed en 2014 et "redoute une triste fin de vie". "Ces pompes ont une durée de vie de six à huit ans. Autant nous donner une corde tout de suite", a-t-elle dit à l'AFP.

Une association, le Collectif des diabétiques implantés, fondée en juin, a lancé une pétition signée à ce jour par 2.000 personnes, "pour que la production des pompes implantables continue". En France, environ 250 personnes portent cet appareil qui perfuse directement dans l'abdomen, et elles sont environ 400 dans le monde, selon l'association de médecins Evadiac (EVAluation dans le Diabète du traitement par Implants Actifs).

L'ANSM demande "un délai supplémentaire"

Le professeur Éric Renard, président de l'association et chef du service Endocrinologie-Diabétologie-Nutrition du CHU de Montpellier, en suit 80. Pour certains d'entre eux, "il y a un risque vital", a affirmé à l'AFP le spécialiste selon qui le nouveau modèle "ne donne pas satisfaction" pour ces patients. Selon lui, "apparemment Medtronic veut céder le brevet à bon prix" mais en 2018, elle "a promis à l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) qu'elle ne laisserait pas tomber les patients et qu'elle transmettrait le brevet".

Interrogée, l'ANSM, qui va réunir prochainement les parties prenantes, a indiqué à l'AFP avoir demandé à Medtronic un "délai supplémentaire" pour l'arrêt de commercialisation des pompes et attend de la société "des assurances quant à la reprise de cette activité par un autre industriel".