Wallerand de Saint-Just sur les finances du RN : "Entre les banquiers et les juges, nous avons un peu de mal"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
"Des juges d’instruction ont d’ores et déjà décidé que nous étions coupables et que nous devions deux millions d’euros au plus mauvais moment", estime sur Europe 1 le trésorier du RN.
INTERVIEW

Rentrée difficile pour le Rassemblement national (RN). Le recours formé par le parti de Marine Le Pen contre la saisie de 2 millions d’euros d’aide publique sera examiné par la Cour d'appel de Paris le 26 septembre. En attendant, le parti n'a donc pas prévu cette année d'université d'été, mais uniquement une "journée des élus". "Nous le regrettons beaucoup, mais pour des questions d’argent c’est une 'journée des élus'", souligne au micro d'Europe 1 Wallerand de Saint-Just, trésorier, membre du bureau exécutif et du conseil national du Rassemblement National.

"Des juges d'instructions ont d'ores et déjà décidé que nous étions coupables." "Des juges d’instruction, sans que nous ayons pu nous expliquer, sans aucune contradiction, ont d’ores et déjà décidé que nous étions coupables et que nous devions deux millions d’euros au plus mauvais moment", poursuit-il. "Entre les banquiers et les juges, nous avons un peu de mal", avance Wallerand de Saint-Just, en référence à la décision de la Société Générale en novembre dernier qui avait demandé au parti de Marine Le Pen de clôturer tous ses comptes. "Nous sommes désargentés, mais dans les starting-blocks", estime-t-il. 

L'appel aux dons a permis de récolter 600.000 euros. "Les recettes du RN pour les 5 ans à venir sont assurées et normales", assure Wallerand de Saint-Just, qui met toutefois en cause le "retard du gouvernement" à verser les subventions publiques. Le trésorier assure par ailleurs que l'appel aux dons lancé par Marine Le Pen a permis de récolter quelque 600.000 euros. 

La tête de liste RN pour les européennes sera choisie dans "quelques semaines". Le trésorier du Rassemblement national a également évoqué les élections européennes de l'année prochaine et la tête de liste "sera choisie par le RN et la présidente dans quelques semaines". "Ce sont des élections passionnantes et cruciales", souligne-t-il, estimant qu'une majorité de "souverainistes" au Parlement européen serait un "tremblement de terre".