Valls restera à Barcelone même s'il échoue aux municipales

, modifié à
  • A
  • A
Manuel Valls, "encore député pour quelques heures", a indiqué qu'il démissionnerait de son mandat mardi ou mercredi.
Manuel Valls, "encore député pour quelques heures", a indiqué qu'il démissionnerait de son mandat mardi ou mercredi. © Pau Barrena / AFP
Partagez sur :
Manuel Valls restera à Barcelone même s'il échoue aux municipales de mai 2019, a-t-il affirmé lundi sur BFMTV et RMC.

L'ancien Premier ministre Manuel Valls restera à Barcelone même s'il échoue aux municipales de mai 2019, a-t-il affirmé lundi sur BFMTV et RMC, précisant avoir "récupéré (son) passeport espagnol". Si "la question c'est 'est-ce que vous restez à Barcelone', la réponse est oui car c'est un choix de vie", a déclaré Manuel Valls, qui a annoncé mardi dernier son choix d'être candidat à la mairie de Barcelone l'an prochain. Arrêtera-t-il la politique s'il échoue ? "Sans doute", a-t-il répondu après l'avoir déjà affirmé dimanche sur France 2.

Une démission de son mandat de député mardi ou mercredi. Né à Barcelone en 1962, Manuel Valls a grandi à Paris et a été naturalisé français à vingt ans, perdant sa nationalité espagnole. Il possède désormais la double nationalité. Manuel Valls, "encore député pour quelques heures", a indiqué qu'il démissionnerait de son mandat mardi ou mercredi. Il rencontrera le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, mardi et s'exprimera dans le cadre des questions au gouvernement "pour marquer sa reconnaissance", plus que dire adieu.

"Pas de regret", mais de "l'émotion". "Adieu non, parce que j'aime ce pays, j'y reviendrai, j'ai des amis. (...) Il n'y a pas de nostalgie, pas de regret, mais il y a de l'émotion", a-t-il expliqué. Attaqué par le député LFI Alexis Corbière sur son absentéisme à l'Assemblée et particulièrement à la tête de la mission parlementaire sur l'avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie, Manuel Valls a dénoncé des "mensonges". "J'ai présidé toutes les missions, (...) je suis allé en Nouvelle-Calédonie, (...) Les Calédoniens savent que je m'occupe de ce dossier", s'est-il défendu.