Thierry Breton : à une seule et même génération, "on demande de payer la dette du passé et celle de l'avenir"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Pour Thierry Breton, invité de Pierre de Vilno vendredi, le mouvement des "gilets jaunes" est avant tout celui d'une colère de la génération à laquelle on demande de payer la dette de leurs parents et celle de l'avenir, celle de l'environnement

INTERVIEW

Alors que les "gilets jaunes" se préparent pour l"'acte 8" de leur mobilisation, Pierre de Vilno reçoit Thierry Breton, vendredi. Le PDG d'Atos et ancien ministre de l'Économie et des Finances estime que cette génération qui dit "stop" est écrasée par le poids de la dette du passé et celle de l'avenir.

Des "incivilités" qui inquiètent. Paris et l'Île-de-France sont de plus en plus attractifs pour les investisseurs alors que le Brexit se profile outre-Manche. Pourtant, la crise des "gilets jaunes" inquiète. "Beaucoup de mes collègues britanniques ou américains m'ont appelé", raconte Thierry Breton. "On est dans une guerre de l'image et la façon dont ça a été retransmis [notamment à l'étranger] a posé des questions. Les incivilités ont été inadmissibles et cela a été vécu comme tel en France mais aussi à l'étranger."

Une génération qui ne peut plus tout supporter. Mais pour l'ancien ministre, la crise ne provient pas d'une dégradation de la situation sociale avec les réformes engagées par le gouvernement d'Emmanuel Macron ces derniers mois. "L'arc électrique est celui de la dette", explique-t-il. "À la génération actuelle, on dit 'Il va falloir payer les dettes de vos parents.' Et à la même génération, on dit qu'il faudra payer la dette de l'avenir, celle de l'environnement. Cette génération, elle ne peut plus vivre". Et pour sortir de cette crise, il ne croit pas à la mise en place "d'un impôt intolérable. Il faut trouver des mesures non conventionnelles, comme des fonds de transition" pour accompagner la transition écologique. 

"Ce gouvernement est la seule solution". Quant à la position du président, Thierry Breton pense "qu'Emmanuel Macron est le premier président de la 5ème République à être rattrapé par le poids de la dette et le fait que nos compatriotes disent 'stop'." Mais il "continue à estimer que ce gouvernement est la seule solution pour aller de l'avant et nous sortir de cette solution. "Tout le monde a été déçu par ce qui se passe, ces incivilités", conclut-il.