Soupçons d'emplois fictifs : François Fillon tente de relancer de nouvelles investigations

, modifié à
  • A
  • A
Eric FEFERBERG / AFP
L'affaire des emplois controversés de Penelope Fillon à l'Assemblée nationale avait précipité la chute de son époux. © Eric FEFERBERG / AFP
Partagez sur :
Les juges chargés de mener l'instruction sur l'affaire des emplois controversés de Penelope Fillon ont refusé en janvier un acte d'enquête supplémentaire demandé par ses avocats.

Les juges qui s'apprêtent à rendre leur décision sur un éventuel procès de François Fillon, dans l'affaire des emplois controversés de son épouse à l'Assemblée nationale, ont refusé en janvier un acte d'enquête supplémentaire demandé par sa défense en dernière minute, a appris vendredi l'AFP de source proche du dossier.

Les juges doivent décider d'un renvoi en correctionnelle. Au terme de deux ans d'enquête, le parquet national financier a pris le 10 janvier ses réquisitions et demandé un renvoi devant le tribunal correctionnel du candidat malheureux de la droite à l'élection présidentielle, notamment pour "détournements de fonds public". Il appartient désormais aux juges d'instruction de se prononcer sur son renvoi devant le tribunal correctionnel, ainsi que celui de son épouse Penelope Fillon et de son suppléant à l'Assemblée, Marc Joulaud. Au cours des investigations, le couple s'était abstenu de contester la procédure ou de faire appel de leurs mises en examen.

Toutefois, le 18 janvier, les juges ont reçu une "demande d'actes" de la défense de François Fillon sollicitant de nouvelles investigations à l'Assemblée nationale, comme l'a révélé Le Canard enchaîné. Objectif de cette demande : faire exécuter une réquisition adressée par les enquêteurs le 7 février 2017 au président de l'Assemblée nationale d'alors Claude Bartolone (PS), au démarrage de l'affaire qui a précipité la chute du favori pour la course à l'Élysée.

Une liste au cœur de la demande. À l'époque, les enquêteurs avaient demandé la transmission de la liste, depuis 1997, des rémunérations perçues par les conjoints et membres de famille de députés employés comme collaborateurs. Mais Claude Bartolone s'y était opposé en arguant du caractère "disproportionné" et de "difficultés techniques", selon une source proche du dossier. Or, pour écarter ce dernier argument, l'avocat de François Fillon a fait valoir, dans sa demande, d'une part qu'une liste de députés ayant travaillé avec un membre de sa famille avait été publiée par Mediapart en 2014 et de l'autre que l'Assemblée nationale avait diffusé en 2017 une liste de collaborateurs par parlementaire.