Nicolas Sarkozy rend un hommage appuyé à Gérald Darmanin : "Tu es un grand politique"

, modifié à
  • A
  • A
Jeudi, l'ancien président s'est exprimé avec chaleur au sujet du ministre de l'Action et des comptes publics. (Photo d'archive) 1:16
Jeudi, l'ancien président s'est exprimé avec chaleur au sujet du ministre de l'Action et des comptes publics. (Photo d'archive) © AFP
Partagez sur :
Dans un discours tenu jeudi à la mairie de Tourcoing, Nicolas Sarkozy a souhaité rappeler son soutien et son amitié à Gérald Darmanin qui a été récemment la cible de Laurent Wauquiez.

"Gérald a été fidèle, je veux donc dire à Gérald mon amitié extrêmement fidèle pour lui." Jeudi, Nicolas Sarkozy a rendu un hommage appuyé à Gérald Darmanin. Invité à la mairie de Tourcoing pour remettre la légion d'honneur au maire actuel de la ville, l'ancien président s'est exprimé avec chaleur au sujet du ministre de l'Action et des comptes publics, resté également le premier adjoint de cette ville du Nord.

"Je ne peux pas oublié qu'il m'a aidé". "Gérald a quitté une famille politique qu'il m'avait aidé à refonder. Je ne peux pas oublier qu'il m'a aidé et avec quelle énergie", a rappelé Nicolas Sarkozy. "Dans la politique, il y a parfois de mauvais moments. Parfois, vous trouvez des gens qui vous aimaient beaucoup et la minute d'après qui ne vous aiment plus du tout. Parfois, on voit des gens qui le matin disent 'Eh, tu sais, je suis avec toi à fond', sortent de votre bureau et vous ne les voyez plus. Gérald a été un ami fidèle dans les bons comme dans les moins bons moments", a-t-il ajouté.

"Tu es un grand politique". Nicolas Sarkozy a également fait références aux attaques de Laurent Wauquiez dont Gérald Darmanin a été la cible. Mi-février, le président des Républicains avait taclé fortement le ministre après qu'une plainte a été déposée contre lui pour viol. "Vous regardez Darmanin, vous avez une interview avec Apathie sur franceinfo [...] C'est un monument à regarder ce truc. C'est du Cahuzac puissance 10 !", expliquait Laurent Wauquiez à des étudiants de l'école de management de Lyon. "Comme je le dis à Gérald, quand on veut devenir grand politique, il faut avoir de grands ennuis. Les petits ennuis, c'est pour les petits politiques. Tu es un grand politique", a-t-il conclu.