Municipales : Martine Aubry candidate à un quatrième mandat lillois

  • A
  • A
Martine Aubry, 69 ans, est à la tête de la capitale des Flandres depuis plus de 18 ans.
Martine Aubry, 69 ans, est à la tête de la capitale des Flandres depuis plus de 18 ans. © Thomas SAMSON / AFP
Partagez sur :
Dans un entretien accordé au quotidien régional "La Voix du Nord", l'ancienne première secrétaire du PS Martine Aubry met fin à un suspense qui n'en était plus vraiment un en annonçant sa candidature à sa succession à la tête de Lille. 

La maire PS de Lille, Martine Aubry, a annoncé sa candidature à un quatrième mandat aux élections municipales de mars 2020, dans un entretien à La Voix du Nord mis en ligne jeudi soir.

A la tête de la ville depuis 2001, elle avait assuré après sa réélection en 2014 qu'elle ne se représenterait plus, "sauf circonstances exceptionnelles". Assurant avoir "beaucoup mûri" sa décision, elle juge aujourd'hui nécessaire de "tenir la barre" face aux inégalités "qui ne se sont pas arrangées", aux tensions sociales ou à la crise climatique. "Entre les inégalités sociales qui ne se sont pas arrangées, les catastrophes naturelles, le climat international angoissant, on sent qu'on est dans une période où le pays est sous tension. Il faut tenir la barre. J'ai la conviction réelle que je peux proposer aux Lillois d'aller plus loin avec eux", déclare-t-elle au quotidien régional.

Un vrai-faux suspense depuis plusieurs mois

Ménageant un vrai-faux suspense depuis plusieurs mois, Martine Aubry évoquait depuis de longs mois, à demi-mots, la perspective de mener cet ultime combat pour faire rempart au libéralisme "à tout crin" du président Emmanuel Macron. "On est en train de casser la France", avait-elle jugé dès septembre 2018. Son futur programme sera donc "socialement juste" et "écologiquement fort", promet-elle, évoquant notamment des programmes de logements pour les publics les plus précaires comme les étudiants ou familles monoparentales. Il devra faire de Lille une ville "plus inclusive, durable et en mouvement", insiste-t-elle.

"Les changements que l'on doit porter sont lourds. Il faut accélérer nos politiques. Si je ne me sentais pas en forme, si je ne me sentais pas enthousiaste, je n'irais pas", poursuit Mme Aubry, disant vouloir, si elle est réélue, mener ce mandat jusqu'à son terme, en 2026.