Migrants dénoncés par des "gilets jaunes" : "Dans ce mouvement, il y a le meilleur et le pire de l'homme", affirme François Ruffin

, modifié à
  • A
  • A
François Ruffin a dénoncé le comportement de quelques gilets jaunes, qui ont dénoncé des migrants aux gendarmes. 1:42
François Ruffin a dénoncé le comportement de quelques gilets jaunes, qui ont dénoncé des migrants aux gendarmes. © Europe 1
Partagez sur :
Invité de la matinale d'Europe 1, jeudi, le député La France insoumise est revenu sur la dénonciation, par des "gilets jaunes", de six migrants cachés sous un camion dans sa circonscription de la Somme.
INTERVIEW

"Au milieu d'un mouvement comme ça, il y a tout et son contraire." Pour François Ruffin, "on voit le meilleur et le pire de l'homme" dans la mobilisation des "gilets jaunes", comme il l'a affirmé au micro Europe 1 d'Audrey Crespo-Mara, jeudi. Le député de la France insoumise de la Somme faisait notamment référence à la dénonciation, mercredi, de six migrants découverts dans la cuve d'un camion-citerne par un groupe de "gilets jaunes" de la Somme, au niveau du barrage de Flixecourt. Des faits qui se sont déroulés dans la circonscription de François Ruffin, qui s'est dit "pas fier du tout que ça se passe de cette manière-là".

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Des moments où je suis fier de mon coin, et d'autres moins". "Mes premiers mots vont pour les six personnes présentes à l'intérieur d'une cuve à fioul, il faut mesurer ce que ça veut dire", a-t-il d'abord expliqué. "Il y a des moments où je suis fier de mon coin, fier des gens de mon coin, et fier d'être élu de Flixecourt et des moments où je le suis beaucoup moins. Je ne suis pas fier du tout que ça se passe de cette manière-là. Il va falloir discuter, voir pourquoi ça s'est passé comme ça et redire que ce n'est pas en se vengeant sur plus faible que soi qu'on arrange son sort."

Un "message à passer avec force". "Je veux redire aux gens de Flixecourt et d'ailleurs que si Boussac Saint-Frères (une entreprise de textile, ndlr) a fermé, ce n'est pas la faute des migrants. Quand Parisot (entreprise de meubles) a fermé, c'est la famille Parisot qui l'a décidé, ce sont des grandes familles françaises, ce ne sont pas les migrants. Quand Whirlpool a fermé, ce sont les actionnaires américains, ce ne sont pas les migrants. Quand Goodyear a fermé, ce sont à nouveau les actionnaires américains, ce ne sont pas les migrants", a-t-il listé. "C'est ça le message qu'il faut passer avec force, et croyez-moi, je fais tous les efforts, de manière régulière, pour le diffuser". 

Europe 1
Par Thibaud Le Meneec