Le Parlement adopte le projet de budget 2019 de la Sécurité sociale

, modifié à
  • A
  • A
Après plus de deux heures d'échanges houleux, le projet de budget pour la Sécurité sociale a été adopté, lundi. Photo d'illustration.
Après plus de deux heures d'échanges houleux, le projet de budget pour la Sécurité sociale a été adopté, lundi. Photo d'illustration. © PATRICK KOVARIK / AFP
Partagez sur :
Après un ultime vote de l'Assemblée nationale, lundi, le projet de budget 2019 de la Sécurité sociale a été adopté, non sans relais des revendications des "gilets jaunes" par les groupes d'opposition.

Le Parlement a adopté définitivement lundi, par un ultime vote de l'Assemblée nationale, le projet de budget 2019 de la Sécurité sociale, après un baroud d'honneur des oppositions qui ont relayé des revendications des "gilets jaunes". Le texte, qui prévoit une concrétisation des plans santé et pauvreté et également un quasi-gel des prestations sociales, a été validé par 48 voix contre 32, au terme de plus de deux heures d'échanges houleux.

Le report du vote demandé, en vain. La ministre de la Santé Agnès Buzyn a vanté un budget qui "organise le désendettement complet pour mieux préparer la Sécurité sociale au défi démographique de demain" et construit "l'État providence du XXIe siècle". Les députés LREM et MoDem se sont prononcés pour, les UDI-Agir se sont abstenus tandis que les LR, PS, PCF, LFI ainsi que les membres du groupe "Libertés et territoires" ont tous voté contre. Rappels au règlement et suspensions de séance se sont multipliés, les oppositions de droite comme de gauche ayant réclamé un report de ce vote dans l'attente des nouvelles mesures gouvernementales en réponse à la crise des "gilets jaunes".

Concert de sirènes à l'extérieur de l'Assemblée. Insoumis et communistes ont aussi défendu, en vain, des motions préalables de rejet et renvoi en commission, estimant que cette adoption définitive "fermait toute capacité de dialogue". Les Républicains ont quitté à deux reprises l'hémicycle, jugeant qu'ils étaient empêchés de s'exprimer. Au dehors, des ambulanciers manifestaient à grand renfort de sirènes pour réclamer la suspension d'une réforme du financement des transports sanitaires, qui figurait dans le budget 2017 de la Sécu mais est entrée en vigueur en octobre. Les Insoumis leur ont apporté leur soutien.