Le 5 décembre, "il y aura probablement une grève suivie", reconnaît Jean-Baptiste Djebbari

, modifié à
  • A
  • A
1:50
Partagez sur :
Le secrétaire d’Etat chargé des transports a reconnu vendredi sur Europe 1 que la journée de grève interprofessionnelle du 5 décembre, lancée par des syndicats de la SNCF et de la RATP, sera probablement très suivie. Il a aussi assuré tout faire pour que le mouvement ne dure pas.
INTERVIEW

A partir du 5 décembre, cela risque de devenir compliqué de prendre le train ou le métro. Plusieurs syndicats de la SNCF et de la RATP ont en effet annoncé une grève illimitée, laissant craindre, aux usagers d’abord, aux autorités surtout, un mouvement qui s’installe dans le temps. "Le 5 décembre, il y aura probablement une grève suivie", a reconnu Jean-Baptiste Djebbari vendredi sur Europe 1. "Donc nous devons prendre en amont les mesures de prévention. Ça se prépare, et nous le faisons avec les entreprises concernées. Et nous maintenons le dialogue social", a complété le secrétaire d’Etat chargé des Transports.

"C’est bien le président de la République et le Premier ministre qui s’exprimeront"

Voilà le credo du jeune secrétaire d'Etat : le dialogue social. "Il faut avoir un dialogue social qui soit de qualité avant le 5 décembre", a-t-il affirmé. "Et puis effectivement, il y aura un moins de janvier, un mois de février, il y aura toujours ces entreprises qui devront bien fonctionner, qui devront être debout. Mois c’est ça qui me tient, et qui m’intéresse dans cette séquence", a insisté Jean-Baptiste Djebbari. 

Pour les annonces concrètes, en revanche, il faudra attendre. "Sur des sujets extrêmement concrets - ouverture à la concurrence, les petites lignes -, je pense qu’il faut tracer les perspectives d’avenir. Nous travaillons actuellement, je leur dis exactement où nous en sommes", a expliqué le secrétaire d'Etat. "Sur la réforme des retraites, nous dirons les choses telles que le gouvernement veut les porter. S’agissant des mesures transversales ou du système qui sera adopté in fine, c’est bien le président de la République et le Premier ministre qui s’exprimeront. C’est aussi ce que je leur ai dit et c’est comme ça que cela va se passer."

Europe 1
Par Rémi Duchemin