"Je n'ai pas envie de servir de caution de gauche au PS" : Thomas Porcher quitte le mouvement Place publique

  • A
  • A
Thomas Porcher annonce dans le JDD son départ du mouvement qu'il a lui-même cofondé.
Thomas Porcher annonce dans le JDD son départ du mouvement qu'il a lui-même cofondé. © Europe 1
Partagez sur :
Le membre fondateur du mouvement déplore dans le "JDD" la désignation de l'essayiste Raphaël Glucksmann comme tête de liste du PS pour les européennes. 

"Je n'ai pas envie de servir de caution de gauche au PS." Tels sont les mots employés par Thomas Porcher, cofondateur de Place Publique, interrogé dimanche par le JDD. Au lendemain de la désignation d'un autre de ses fondateurs, Raphaël Glucksmann, comme tête de liste du Parti socialiste aux européennes, l'économiste annonce son départ du mouvement. 

"Le nouvel emballage d'un produit périmé". Thomas Porcher explique dans le Journal du Dimanche sa crainte que "Place publique soit le nouvel emballage d'un produit périmé" et déplore une décision "prise par un petit cercle" au sein du mouvement et qui, "en termes de démocratie et de renouvellement des pratiques, est une trahison de la promesse initiale". Au côté de Raphaël Glucksmann, l'écologiste Claire Nouvian, troisième fondatrice du mouvement, sera également impliquée dans la campagne du PS. 

Un candidat adoubé à une large majorité. Raphaël Glucksmann a été adoubé à une large majorité par une résolution du Conseil national du parti réuni à Paris, samedi : 128 membres ont voté pour, cinq contre, dont le sénateur Rachid Temal, pourtant membre de la direction. Trois se sont abstenus. Trente-cinq, proches de l'ancien ministre Stéphane Le Foll, qui a annoncé qu'il quittait le Bureau national avec une partie des siens, et du député Luc Carvounas, n'ont pas pris part au vote.