INFORMATION EUROPE 1 - Le député LREM Adrien Taquet nommé secrétaire d'État à l'Enfance

, modifié à
  • A
  • A
Adrien Taquet va devenir le premier secrétaire d'État à l'Enfance du quinquennat Macron.
Adrien Taquet va devenir le premier secrétaire d'État à l'Enfance du quinquennat Macron. © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :
Le député macroniste des Hauts-de-Seine, âgé de 42 ans, intègre le gouvernement d'Édouard Philippe avec notamment la mission d'améliorer la protection de l'enfance.
INFO EUROPE 1

Un nouveau membre au gouvernement. Adrien Taquet, député de la 2ème circonscription des Hauts-de-Seine, a été nommé secrétaire d'État à l'Enfance, comme Europe 1 vous l'annonçait vendredi. Il dépendra du ministère de la Santé et de la Solidarité qu'occupe aujourd'hui Agnès Buzyn, épaulée depuis mi-octobre dernier par la secrétaire d'État Sophie Dubos, chargée elle des questions de pauvreté et de précarité.

Spécialiste des questions de handicap. Le parlementaire devra spécifiquement s'atteler aux questions de protection de l'enfance et d'accueil de la petite enfance. Depuis son élection en juin 2017, ce membre de la commission des affaires sociales a plutôt traité les questions d'autisme et de handicap plus généralement. Il est notamment l'auteur d'un rapport sur ce thème, publié en mai 2018 et rédigé avec Jean-François Serres, membre du Conseil économique, social et environnemental. 

Proche d'Emmanuel Macron depuis 2015. Diplômé de Sciences Po, Adrien Taquet, 42 ans, est un communicant de profession, ancien de l'agence Havas et cofondateur de l'agence de publicité Jésus et Gabriel, qui a vu le jour en 2013. 

C'est un proche d'Emmanuel Macron depuis la création d'En marche, dont il a trouvé le nom et pensé l'identité visuelle, à la fin de l'année 2015 et au début de l'année 2016. Selon les informations du Monde publiées mercredi, Stanislas Guérini, l'actuel délégué général du parti présidentiel, a d'ailleurs décidé de s'adjoindre ses services comme "chargé de mission" pour relancer la formation politique.

La parité n'est plus respectée. Avec cette nomination, la parité hommes-femmes, promesse de campagne d'Emmanuel Macron, n'est plus respectée au gouvernement. Celui-ci compte en effet 19 hommes et 17 femmes.

Europe 1
Par Michael Darmon, édité par Thibaud Le Meneec