Guyane : neuf candidats à la législative partielle

  • A
  • A
élection guyane 1280*640
Le 7 décembre 2017, le Conseil constitutionnel avait annulé l'élection de Lénaïck Adam. © JODY AMIET / AFP
Partagez sur :

Lénaïck Adam (LREM) et Davy Rimane, soutenu par Jean-Luc Mélenchon, sont les deux favoris qui s'étaient affrontés au second tour de l'élection, en juin dernier. 

Neuf candidats, huit hommes et une femme, se présenteront à la législative partielle des 4 et 11 mars dans la seconde circonscription de Guyane, a indiqué la préfecture vendredi 9 février en fin de journée.

LREM contre La France insoumise. Parmi ces neuf candidats, on retrouve les deux rivaux du second tour de juin dernier, Lénaïck Adam (La République en Marche) et Davy Rimane. M. Rimane a reçu le soutien pour cette élection à la fois de Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise) mais aussi de Léon Bertrand. L'ex-ministre délégué au Tourisme de Jacques Chirac et toujours maire de Saint-Laurent du Maroni, définitivement jugé coupable par la Cour de cassation dans deux affaires judiciaires (la première pour corruption et favoritisme, la seconde pour complicité d'abus de biens sociaux).

Une élection chargée d'Histoire. Lors de scrutin de juin dernier, Léon Bertrand soutenait déjà Davy Rimane, syndicaliste au sein d'EDF Guyane et porte parole du mouvement de protestation de mars/avril 2017.
Originaire de la ville spatiale de Kourou, Davy Rimane présente la particularité à la fois d'être né l'année du premier tir d'Ariane en 1979 et d'avoir bloqué l'accès au centre spatial avec les manifestants en mars dernier mais aussi d'être le petit-neveu d'Eustase Rimane qui fut maire de Kourou pendant 42 ans de 1953 à 1995.
Lénaïck Adam, diplômé de Sciences Po, a été le premier Bushinengué de Guyane (du groupe des descendants directs d'esclaves africains échappés des plantations de l'ex-Guyane hollandaise -aujourd'hui Suriname- au 18ème siècle) élu député en juin dernier.

Le président de l'association des maires de Guyane en outsider. Le 7 décembre dernier, le Conseil constitutionnel avait annulé l'élection de Lénaïck Adam, en raison de l'absence d'assesseur dans deux bureaux de vote de la commune de Maripasoula (sud-ouest guyanais) et eu égard au faible écart de voix (56) entre les deux candidats à l'issue du second tour. Autre candidat, le maire de Roura et président de l'association des maires de Guyane, David Riché, fait figure d'outsider. M. Riché est maire d'une commune de la première circonscription dans laquelle il avait envisagé de se présenter aux Législatives de 2017 avant de renoncer.