"Gilets jaunes" : Ségolène Royal réclame "le rétablissement de l’ISF" et un coup de pouce pour le Smic

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Pour Ségolène Royal, le gouvernement doit cibler les bas salaires et revenir sur ses mesures en faveur des plus riches pour sortir de la crise des "gilets jaunes".
INTERVIEW

Pour Ségolène Royal, le gouvernement peut sortir de la crise des "gilets jaunes" - dont l'acte 4 a eu lieu samedi soir - à une seule condition : cibler les plus modestes et revenir sur les cadeaux aux plus riches du début du quinquennat. "Il y a à la fois une inquiétude pour les fins de mois pour les plus modestes, et une inquiétude pour l’avenir. Il faut répondre à ces deux préoccupations", a lancé l’ancienne ministre de l’Environnement dimanche dans le cadre du grand Rendez-vous Europe 1/CNews/Les Echos.  

"Le rétablissement de l’ISF, ça me paraît incontournable". "Il faut des mesures d’urgence, symboliques, immédiates. Comme le rétablissement de l’ISF, ça me paraît incontournable", a ainsi lancé Ségolène Royal. "Il y a le CICE qui se prépare, 40 milliards. Est-ce que ce serait judicieux, dans le contexte actuel, de donner 40 milliards d’allègements fiscaux, y compris aux très grosses entreprises, aux banques, à la grande distribution ? A mon avis non", a-t-elle poursuivi. "Il faut conditionner le CICE à un certain nombre de contreparties. En termes de hausse de salaires, de recrutements, d’apprentissage et en termes d’investissements dans la croissance verte et dans la stratégie bas carbone des entreprises."

Un coup de pouce au Smic ? "C'est évident". Autre mesure à prendre pour Ségolène Royal : l’augmentation du Smic au-delà du seul taux d’inflation. "C’est évident", a-t-elle lancé. "L’annonce de la taxation fiscale et en même temps l’annonce qu’il n’y aura pas de coup de pouce au Smic a aussi contribué à l’exaspération. Ça fait partie du paquet des mesures immédiates", a-t-elle tranché. "Vu la situation, c’est un élément d’apaisement très fort que de donner le signal de l’augmentation des bas salaires."