Gérald Darmanin annonce qu'il reste au gouvernement

, modifié à
  • A
  • A
© LUDOVIC MARIN / AFP
Partagez sur :
Le ministre de l'Action et des Comptes publics a démenti être en partance pour la mairie de Tourcoing, dimanche dans un entretien au Parisien. 

Gérald Darmanin ne quitte pas le gouvernement. Le ministre de l'Action et des Comptes publics, annoncé sur le départ pour la mairie de Tourcoing depuis plusieurs jours, a assuré qu'il "continuerai(t) (s)a tâche". "Tant que le président de la République et le Premier ministre me feront confiance, je continuerai ma tâche au gouvernement. D’autant que le pays connaît des moments difficiles et que je ne suis pas du genre à ne pas assumer mes responsabilités, à abandonner au milieu du chemin", a déclaré le ministre, dimanche dans un entretien au Parisien

L'hypothèse d'un départ de Gérald Darmanin était évoquée depuis plusieurs jours, après la mort du maire de Tourcoing Didier Droart. 

Candidat aux municipales de 2020. "Mon fil conducteur, c'est la loyauté. Vis-à-vis du président de la République et du Premier ministre, et aussi à l'égard de l'équipe municipale que j'ai menée à la victoire en 2014. J'ai discuté avec eux. Nous avons donc trouvé une solution qui me permet de remplir mes responsabilités au sein du gouvernement, et d'être dans une équipe municipale soudée, très proche, dont je continuerai à être le premier adjoint", a indiqué le ministre.

Gérald Darmanin a également annoncé sa candidature aux élections municipales de 2020. "J'aime Tourcoing, c'est là où je retournerai quand mon expérience gouvernementale se terminera. Et je serai bien sûr candidat aux élections municipales en 2020, car je n'imagine pas la vie politique sans passer par le suffrage universel, sans avoir un ancrage local", a poursuivi Gérard Darmanin, qui a "tout de suite écarté" l'hypothèse d'un cumul de fonctions de maire et de ministre. L'Elysée avait rejeté cette hypothèse vendredi, "conformément à la doctrine établie depuis le début du quinquennat".

La jurisprudence Le Drian. Considéré comme un des ministres les plus "politiques" du gouvernement, l'ancien soutien de Nicolas Sarkozy et ex-dirigeant des Républicains (LR) conduit actuellement la délicate mise en place du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu. Ministre, il a conservé depuis 2017 d'importantes fonctions municipales à Tourcoing, ville ravie à la gauche en 2014. Un nouveau maire doit être élu jeudi.

Le non cumul d'une fonction de ministre avec celle de maire ou de président d'un exécutif local n'est pas une obligation légale. "Rien n'empêche aujourd'hui un ministre d'être maire dans la loi", avait ainsi rappelé jeudi le ministre des Relations avec le Parlement, Marc Fesneau. François Hollande avait par exemple fait une exception pour Jean-Yves Le Drian, qui avait cumulé de 2015 à 2017 les fonctions de ministre de la Défense et de président de la région Bretagne.