France - Allemagne : Thierry Mariani "regrette" le genou à terre prévu par les Bleus

, modifié à
  • A
  • A
Thierry Mariani était l'invité de Sonia Mabrouk mardi sur Europe 1. 1:15
Thierry Mariani était l'invité de Sonia Mabrouk mardi sur Europe 1. © Europe 1
Partagez sur :
Invité sur Europe 1 mardi, le candidat RN pour les élections régionales en Paca, Thierry Mariani, a estimé que poser un genou à terre avant le match France-Allemagne, comme les Bleus ont prévu de le faire, est un "message politique" qui rompt la "neutralité du sport". Pour lui, ce geste n'a de sens qu'aux Etats-Unis.
INTERVIEW

L'équipe de France joue son premier match dans l'Euro 2020 face à l'Allemagne, mardi soir. A cette occasion, les Bleus ont prévu de poser un genou à terre avant la rencontre, un geste symbolique importé du mouvement Black Lives Matter aux Etats-Unis pour lutter pour contre le racisme. Le geste a été effectué dimanche au stade de Wembley, à Londres, par les joueurs anglais avant le match Angleterre-Croatie. Il a été très controversé : une partie du public a même hué l'équipe des Three Lions. Invité de la matinale d'Europe 1 mardi, Thierry Mariani, candidat du Rassemblement national pour les régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur, dit "regretter" ce geste qui est aussi "un message politique". 

"La police française n’a jamais eu ces dérives"

Lundi, en conférence de presse le capitaine des Bleus, Hugo Lloris, a confirmé l'intention des joueurs de poser un genou à terre avant le match. "Oui c'est prévu", a-t-il dit. Depuis la mort de Georges Floyd après une interpellation policière très violente en mai 2020 aux Etats-Unis, les joueurs de football ont pris l'habitude de ce geste en soutien au mouvement Black Lives Matter. 

"Très sincèrement, je le regrette. Black Lives Matter est un drame, mais un drame qui s’est passé aux Etats unis avec la police américaine. La police française n’a jamais eu ces dérives", estime Thierry Mariani. Pour lui, l'équipe de France ne devrait pas "importer" ces mobilisations. Le député européen du Rassemblement national affirme également qu'il s'agit "encore d'une opération importée d’un pays étranger qui n’a aucun rapport avec la France". 

"Ces gestes symboliques sont aussi des messages politiques"

Pour le candidat du Rassemblement national en Provence-Alpes-Côte d'Azur, la "neutralité du sport" n'est pas respectée. "Petit à petit, ces gestes symboliques sont aussi des messages politiques", avance Thierry Mariani, tout en rappelant l'article 5 de la charte olympique sur la neutralité du sport. Avant d'enchaîner avec un lapsus : "on est tous contre l’antiracisme. Enfin je veux dire on est tous pour l’antiracisme". 

Europe 1
Par Manon Bernard