Européennes : "Il faut se remettre en question", estime l’eurodéputée LFI Manon Aubry

  • A
  • A
3:00
© Europe 1
Partagez sur :
La nouvelle eurodéputée LFI Manon Aubry estime mercredi sur Europe 1 que ni la ligne politique du parti ni la figure de Jean-Luc Mélenchon ne sont en cause dans leur déroute aux européennes.
INTERVIEW

Trois jours après leur élection aux européennes, les six nouveaux eurodéputés de La France insoumise ont fait leur rentrée mercredi à Bruxelles. Leur tête de liste, Manon Aubry, a estimé sur Europe 1 que le faible score du parti (6,31% des suffrages) devait toutefois les amener à s'interroger sur leur stratégie. "Bien sûr qu’il faut se remettre en question, les résultats ne sont pas à la hauteur de nos espérances, après il faut prendre le temps de l’analyser à tête froide", a-t-elle déclaré au micro de Matthieu Belliard.

>> De 17h à 20h, c’est le grand journal du soir avec Matthieu Belliard sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Manon Aubry réagissait aux propos tenus par la députée Insoumise Clémentine Autain, au soir des élections européennes, qui a mis en cause "la ligne politique de LFI" pour justifier les résultats du parti au scrutin de dimanche. "La question n’est pas tant celle de la ligne politique mais il faut s’interroger sur la capacité à mobiliser, les abstentionnistes, la jeunesse, aussi s'interroger sur notre mode d’action et comment atteindre ce public-là", a jugé pour sa part Manon Aubry, qui "n’a pas la réponse idoine à ce stade".

"Jean-Luc Mélenchon est un des animateurs de LFI"

L’eurodéputée LFI ne remet pas non plus en cause la personnalité du leader du mouvement, Jean-Luc Mélenchon - alors que Clémentine Autain a jugé que son "capital politique" s'était "érodé" - et a déploré la récurrence de formulations clivantes. "Je voudrais qu’on sorte de la vision de la Vème République avec une personne tutélaire. Aujourd’hui, Jean-Luc Mélenchon est un des animateurs de LFI, c’est la personne qui a pu rassembler, mais ce n’est pas le seul animateur pour autant, il y a Quatennens, Ruffin, Autain… et maintenant les six nouveaux eurodéputés qui sont autant de forces en puissance", détaille Manon Aubry pour défendre un parti selon elle non-pyramidal.