Désunion de la gauche : "Il faut arrêter de se servir des socialistes comme le bouc-émissaire de nos égoïsmes", insiste Noël Mamère

  • A
  • A
Noël Mamère est favorable à une union des gauches pour les européennes.
Noël Mamère est favorable à une union des gauches pour les européennes. © Europe 1
Partagez sur :
Dans une gauche plus fragmentée que jamais, des voix s'élèvent pour créer l'unité en vue des élections européennes de mai. Mais le PS fait encore figure de repoussoir pour une partie des écologistes
INTERVIEW

Combien de listes de gauche verra-t-on fleurir pour les européennes du mois de mai ? Yannick Jadot, la tête de liste des écologistes, est plus qu'hostile à un accord regroupant l'aile droite du PS jusqu'au PCF et au mouvement Génération.s de Benoît Hamon. Pour Noël Mamère, invité de Bernard Poirette sur Europe 1 dimanche matin, cet entêtement dans la désunion est "suicidaire" et la marque d'un "grand délabrement".

Yannick Jadot et la "cécité politique". Yannick Jadot n'est pas le seul à mettre son veto à une liste commune avec le PS, puisque Benoît Hamon freine aussi des quatre fers. "Il faut arrêter de se servir des socialistes comme le bouc-émissaire de nos égoïsmes", exhorte Noël Mamère. Pour lui, l'heure n'est plus à de telles tergiversations et batailles d'ego. "J'appartiens à cette génération d'écologistes qui a été traitée de tout, d'utopistes, d'extrémistes, et qui a contribué à faire entrer les idées de l'écologie dans la société. Vous voyez bien aujourd'hui que l'écologie a emporté une victoire culturelle. C'est à ce moment que nous avons un candidat du parti EELV qui nous ressort le 'ni droite ni gauche' et qui nous dit qu'il n'a rien à faire avec la gauche", déplore Noël Mamère.

Dès lors, Yannick Jadot et consorts font preuve, selon lui, "d'une grande cécité politique", "parce qu'ils ne voient pas que nous sommes dans une période historique et dangereuse, qui nécessite qu'on dépasse les égoïsmes pour favoriser ce rassemblement."

"J'espère qu'il n'est pas trop tard". Pour encourager cette union des gauches, Noël Mamère participe à Place Publique, le mouvement politique et citoyen lancé par le philosophe et militant Raphaël Glucksmann, l'économiste Thomas Porcher et l'activiste Claire Nouvian. "Il y a très longtemps que je n'avais pas vu autant de monde désirant l'union. J'espère qu'il n'est pas trop tard, mais je me battrai jusqu'au bout car je n'ai pas envie de m'endormir le 26 mai au soir en me retrouvant dans une situation où ce sera encore un duel obligé entre Monsieur (Emmanuel) Macron et Madame (Marine) Le Pen, alors que nous avons une alternative politique qui propose un espoir à ceux qui ne se reconnaissent pas dans ces politiques, et qui ont très peur du double chaos, écologique et politique."

Europe 1
Par Anaïs Huet