Déplacement de trois ministres à Rouen : "Je veux de la vraie information", réclame une voisine du site de Lubrizol

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Alors qu'Élisabeth Borne, Agnès Buzyn et Didier Guillaume doivent installer vendredi un comité pour la transparence et le dialogue, Europe 1 s'est rendue à Rouen, à la rencontre d'habitants en quête d'une meilleure information sur la situation sanitaire. 
REPORTAGE

Ce nouveau déplacement du gouvernement à Rouen suffira-t-il à calmer les craintes des habitants ? Deux semaines après l'incendie de l'usine Lubrizol, et alors que les riverains s'inquiètent encore pour les conséquences sur leur santé et regrettent le manque d'information, Élisabeth Borne, ministre de la Transition Écologique et Solidaire, Agnès Buzyn, ministre de la Santé, et Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, doivent installer vendredi un comité pour la transparence et le dialogue.

Une communication qui ne convainc pas tous les habitants. Europe 1 est allée à leur rencontre.

"Parler de transparence, c'est trop tard", s'agace Gilles. "Qu'est ce qu'ils peuvent dire ? Vous ne pouvez pas imaginer que, 15 jours plus tard, ils vont nous dire : 'attention l'air était extrêmement toxique, il ne fallait pas respirer".   À l'inverse, pour Pascal, la venue de plusieurs ministres peut permettre au gouvernement de mieux comprendre la détresse des habitants. "Ça peut être un déclic, une prise de conscience de la part de l'État que le problème est persistant, en constatant que les odeurs sont toujours présentes". 

"Y aura-t-il un plan en cas de contamination de l'eau"

Nicolas, lui, attend des clarifications sur le plan sanitaire et environnemental. "Quel plan de bataille proposez-vous ?", aimerait-il demander aux ministres présents. "Quid des récoltes gelées ? Que va-t-il se passer quand les suies passeront dans les nappes phréatiques ? Y aura-t-il un plan en cas de contamination de l'eau ? Que faites vous pour la population ?" 

Habitant à environ 200 mètres de l'usine, Delphine Frebourg, elle, se dit encore "super inquiète", notamment par l'incertitude qui demeure autour d'une éventuelle pollution de l'air. "On n'a pas de consignes. Ça reste assez flou sur ce qu'on respire. Ce n'est pas parce qu'on n'a pas d'odeur que ce qu'on respire n'est pas dangereux". De la venue du gouvernement, cette mère de famille attend qu'"on soit vraiment informé de la dangerosité de la situation". "J'attend aussi de savoir quand les fûts endommagés vont être déplacés, car c'est vraiment très dangereux". Et cette habitante de réclamer : de l'information, de la vraie" .

 

Europe 1
Par Hélène Terzian avec Antoine Terrel