"Combattant", "visionnaire", "épris de la République" : les hommages se multiplient après la mort de Jacques Chirac

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
La famille de Jacques Chirac a annoncé jeudi la mort de l'ancien président français, à l'âge de 86 ans. Les réactions sont nombreuses, à droite, à gauche, mais aussi en dehors du milieu politique.
RÉACTION

L'ancien président de la République Jacques Chirac est mort jeudi matin à l'âge de 86 ans. Depuis, des dizaines d'hommages, en France, dans le monde, de personnes qu'il a côtoyées, d'amis mais aussi d'ennemis politiques, se multiplient.

La "tristesse" d'Alain Juppé, l'"émotion" d'Édouard Balladur, les "pleurs" de Dominique de Villepin

L'ancien Premier ministre Alain Juppé (1995-97), fidèle parmi les fidèles de Jacques Chirac, a fait part de son émotion. "Pendant plus de 40 ans, j'ai vécu avec Jacques Chirac une relation exceptionnelle de fidélité, de confiance, d'amitié réciproques qui n'était pas seulement politique mais d'abord personnelle", écrit l'ancien maire de Bordeaux dans un message transmis à l'AFP.

Édouard Balladur, lui aussi ex-Premier ministre, a dit avoir appris "avec émotion" le décès de Jacques Chirac "après tant d'années de souffrance", a annoncé jeudi son entourage. L'ancien Premier ministre (1993-1995), gaulliste comme Jacques Chirac, avait été son rival malheureux à la présidentielle de 1995, après avoir été longtemps proche de lui au sein du RPR.

Dernier Premier ministre de Jacques Chirac (2005-2007), Dominique de Villepin a estimé que la mort de Jacques Chirac était "une page de notre histoire à tous qui se tourne" et "une part de la France qui s'en va". Jacques Chirac "a su être le visage d'une France de la diversité et des terroirs, de l'enracinement et de l'ouverture au monde", a ajouté l'ancien secrétaire général de l'Élysée et hôte de Matignon de 2005 à 2007, dans un communiqué. "Aujourd'hui je pleure un homme qui a occupé une place immense dans ma vie, à qui je dois mon engagement en politique et la fierté d'avoir pu servir et représenter mon pays. Merci Monsieur le Président." 

"Un homme de cœur", "de culture et d'humour" pour Jean-Louis Debré

Très proche de Jacques Chirac, qu'il a accompagné jusqu'au bout, Jean-Louis Debré, ancien président du Conseil constitutionnel, a salué auprès du magazine Le Point un "homme de cœur", "de culture et d'humour" et un "grand combattant politique" qui "se livrait peu". 

"La famille gaulliste perd un de ses plus grands inspirateurs. Ma peine immense est à la hauteur du respect, de l'admiration et de l'affection que je lui portais", a écrit Christian Jacob, président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale et chiraquien historique, sur Twitter.

Comme lui, nombreux ont été les jeunes loups en politique que Jacques Chirac a pris sous son aile au fil des années. Renaud Muselier (LR) en fait aussi partie. Au micro d'Europe 1, il a salué en Jacques Chirac un "grand visionnaire", un homme "exceptionnel" et "attachant".

François Hollande salue "un combattant"

"C'est une part de ma vie qui disparaît aujourd'hui", a quant à lui affirmé l'ancien président Nicolas Sarkozy (2007-2012), saluant "la stature imposante et la voix si particulière de Jacques Chirac" qui "ont accompagné la vie politique française pendant un demi-siècle".

Les réactions sont aussi nombreuses parmi les anciens adversaires politiques de Jacques Chirac. L'ex-président socialiste François Hollande a ainsi salué en Jacques Chirac "un combattant" qui "avait su établir un lien personnel avec les Français". Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel et ex-ministre socialiste des affaires étrangères, a quant à lui évoqué un ancien président qui n'a "cessé d'être épris de la République et de la servir".

Anne Hidalgo, maire socialiste de Paris, un siège qu'avait occupé Jacques Chirac entre 1977 et 1995, s'est dite "profondément émue et attristée". 

A l'autre bout de l’échiquier politique, Marine Le Pen a aussi salué la mémoire de l'ancien président. "Malgré toutes les divergences que l’on pouvait avoir avec Jacques Chirac, il aura été un grand amoureux de l’Outre-mer et le Président capable de s’opposer à la folie de la guerre en Irak, renouant avec la traditionnelle position d’équilibre et de diplomatie de la France", a-t-elle écrit sur Twitter. 

Sur Europe 1, Christine Albanel a exprimé "son immense émotion". Plume de Jacques Chirac, auteure du célèbre discours du Vel' d'Hiv', elle a travaillé pendant 22 ans avec l'ancien président. Une expérience forte et enrichissante, témoigne-t-elle aujourd'hui. "On se sentait protégé, on faisait partie d'une aventure commune."

"Un des plus grands hommes que la France ait connu"

A l'étranger aussi, les réactions sont nombreuses. Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, s'est dit "touché et dévasté" par la mort de Jacques Chirac, "un grand homme d’État" et "un grand ami". Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, a décrit l'ancien président comme "un des plus grands hommes que la France ait connu". 

Le président russe, Vladimir Poutine, a quant à lui évoqué un dirigeant "sage et visionnaire". Il avait récemment désigné Jacques Chirac comme le dirigeant étranger l'ayant le plus impressionné de sa carrière. Saluant un "formidable dirigeant qui a façonné le destin" de la France, le Premier ministre Boris Johnson s'est extrait pendant quelques instants de la tourmente du Brexit pour exprimer, en français dans le texte, "toutes (s)es condoléances aujourd'hui à sa famille, à ses proches et au peuple français".

Les hommages n'émanent pas que du monde politique. L'homme d'affaires François Pinault a fait part peu après l'annonce de son "infinie tristesse". Sur Europe 1, l'actrice Line Renaud a confié d'une voix pleine d'émotion son "immense tristesse". Elle avait connu Jacques Chirac en 1975 lors d'un meeting politique. "'Il aimait la France et les Français d'un amour vrai. Ce n'était pas une mise en scène." 

Europe 1
Par Laetitia Drevet avec AFP